Un bilan potable de l’eau en France

Consommation par Michel Pourcelot

Un magazine de consommateurs a fait couler beaucoup d’eau fin janvier en publiant une enquête sur la qualité de l’eau en France, à l’heure où un Français sur cinq n’a pas confiance en celle du robinet. Il en ressort que pour quelque 2,8 millions de Français l’eau du réseau potable est polluée, notamment par les pesticides, les nitrates ou le plomb. Il reste quand même 95,6 % de la population qui peut la boire sans trop d’inquiétude. Heureusement car, comme le rappelle le magazine, l’eau en bouteille est hors de prix : 65 % plus chère en moyenne. Cette étude est en fait une synthèse effectuée à partir d’analyses de l’eau faites entre février 2014 et août 2016 sur les 36 568 communes de France métropolitaine. Publiées sur le site du ministère de la Santé, ces analyses pointues ont été réalisées par les pôles Santé et Environnement des ARS, les agences régionales de santé, en tenant compte de cinquante contaminants et paramètres physico-chimiques, contre... cinq dans l’enquête précédente.

Une pollution bucolique

118

C’est le nombre de litres d’eau embouteillée qu’un Français a bu en moyenne en 2014 (quatrième consommateur d’Europe).

C’est principalement les zones rurales qui sont concernées. Principale activité mise en cause : l’agriculture pourvoyeuse de pesticides, de loin la première cause de non-conformité, notamment dans les régions d’agriculture intensive, où on les retrouve dans l’eau distribuée à près de deux millions de consommateurs principalement ruraux, mais aussi dans certaines villes comme Tremblay-en-France (2 des 3 réseaux de distribution), Sens (3 des 4 réseaux de distribution), Lens, Tarbes et Auch.

Les fameux nitrates concernent près de 200 000 buveurs potentiels, notamment dans le Loiret, la Seine-et-Marne, l’Yonne, l’Aube, la Marne, le Pas-de-Calais et la Somme... En troisième viennent les contaminations bactériennes dues aux défauts de surveillance ou à la vétusté des installations, le plus souvent en montagne. Alors que 60 % des Français, selon un sondage début 2015, estiment que les contrôles sont suffisants, la Cour des comptes, dans son rapport de février dernier, a souligné l’insuffisance de leur nombre. Voilà qui est clair comme de l’eau de roche. 

Michel Pourcelot Journaliste

Sur le même sujet

De l’eau plombée par les économies : 500 intoxiqués

Le chiffre aujourd’hui par Michel Pourcelot

Quelque 500 personnes ont été intoxiquées en consommant l’eau potable du réseau de la ville de Flint, dans le Michigan (États-Unis), après la décision, en 2014, du gouverneur républicain de, par souci d’économies, faire pomper l’eau dans le fleuve plutôt que de l’acheter à la ville de Detroit. En outre, le (...)

Diesel : l’optimisation à plein tuyau

Société par Michel Pourcelot

La commission indépendante, dite Royal, a présenté le 7 avril le bilan de ses tests d’évaluation de 52 véhicules diesel appartenant à quinze marques différentes : aucun ne respecte les normes européennes sur les émanations polluantes.
Pas un seul des 52 modèles de véhicules diesel, français ou (...)

Trois ans d’expérimentations pour un tarif social de l’eau

Social par Mathieu Lapprand

Exonération d’abonnement, tarifications progressives. Pendant trois ans, dix-huit collectivités vont expérimenter différents modèles pour favoriser l’accès à l’eau des plus fragiles.
Issue de la loi Brottes sur l’énergie, votée en avril 2013, l’expérimentation pour un tarif social de l’eau permettra aux (...)