Un comble : les personnes handicapées liquident leur retraite plus tard que les valides !

Communiqué de FO par Anne Baltazar, Yves Veyrier

Article publié dans le cadre de la campagne Réforme des retraites, FO dit stop !
© Pierre GLEIZES/REA

Un rapport de la Drees vient renforcer les revendications FO relatives à l’accès à la retraite des salariés handicapés.

En 2018, les personnes considérées comme handicapées, car fortement limitées dans les activités de la vie quotidienne, liquident leur retraite à 62,4 ans en moyenne, soit 0,3 an de plus que les personnes sans incapacité, selon une étude publiée par la Drees le 13 février.

Pourtant, après 50 ans, selon le rapport, plus de 60% des personnes handicapées ne sont ni en emploi ni à la retraite : elles sont au chômage, en invalidité, en arrêt de travail… elles perçoivent éventuellement des revenus de remplacement, des minima sociaux ou vivent des revenus de leur conjoint.

Ces constats montrent bien que les personnes concernées, qui n’atteignent que très rarement les durées de cotisation exigées pour un départ à taux plein, sont contraintes d’attendre 62 ans afin de ne pas subir de décote.

Il est clair pour FO que le dispositif de départ anticipé pour handicap, qui permet de partir jusqu’à 5 ans plus tôt à taux plein, est largement inopérant, ses conditions restant inatteignables pour un grand nombre de personnes handicapées.

FO renouvelle avec force sa demande de simplifier et améliorer l’accès à la retraite anticipée pour handicap, notamment par la réintroduction du critère RQTH (reconnaissance qualité de travailleur handicapé).

FO rappelle également ses revendications en faveur d’une meilleure prévention de la désinsertion professionnelle, du maintien en emploi des seniors handicapés, d’une bonification des droits à retraite pour chaque année travaillée avec handicap, et de la mise en place d’une retraite progressive anticipée dès 55 ans pour handicap.

Pour FO, le projet de système de retraite « universelle » porté par le gouvernement, ne résout en rien les injustices du système actuel concernant les personnes en situation de handicap. Pour ces raisons et bien d’autres, FO continue à rejeter ce projet et à en demander l’abandon.

Anne Baltazar Conseillère confédérale en charge du handicap

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Tous les articles de la campagne

FO dit non, un point c’est tout

Retraite par points par Evelyne Salamero, journaliste L’inFO militante

La loi instaurant un système universel de retraite par points devra être votée en juillet 2020, a annoncé le Premier ministre le 12 septembre, soulignant qu’il faudra travailler plus longtemps ou subir une baisse des pensions. La confédération FO a immédiatement confirmé sa mobilisation du 21 septembre, une première étape pour défendre « le système actuel et ses régimes qui assurent déjà un droit universel à la retraite ». Au Premier ministre qui a appelé les syndicats à « co-construire » le nouveau système, Philippe Pihet, secrétaire confédéral chargé des retraites, a répondu par voie de presse : « Nous n’avons jamais été des co-législateurs. » Le 20 juillet déjà, Yves Veyrier avait prévenu : « Nous n’irons pas négocier les réglages d’un système qui supprime les régimes existants. »

Voies navigables : En grève à partir du 5 décembre 2019

Navigation fluviale par FEETS FO

Les responsables des cartels FO des services de « Voies navigables de France » réunis à Paris les 12 et 13 novembre 2019 appellent les agents à s’engager dans la grève à partir du 5 décembre 2019 pour rejeter le « système universel de retraite » du gouvernement.

Yves Veyrier : « Retraites : on ne baissera pas les bras ! »

Éditoriaux de FO par Yves Veyrier

Des discussions ont été ouvertes par le gouvernement, ces dernières semaines, sur les questions de l’emploi des seniors, de la pénibilité, de la retraite progressive, du minimum de pension, dont le Premier ministre entendait indiquer, jeudi 13 février, ce qu’il en retiendrait.