Communiqué de FO

Un congé paternité en partie obligatoire et plus long : la balle est dans le camp du gouvernement

, Anne Baltazar

Recommander cette page

Une pétition vient d’être lancée par le mensuel Causette concernant le congé de paternité. Cette pétition souhaite que le congé de paternité soit en partie obligatoire et plus long. Elle recueille déjà plus de 34 000 signatures.

Force Ouvrière se félicite de cette initiative qui vient renforcer sa revendication pour que le congé de paternité et d’accueil de l’enfant soit pour partie obligatoire (11 jours) et allongé à 1 mois minimum.

Pour FO, une action en ce sens permettrait de contribuer à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes en :

  • évitant que les responsabilités familiales concernent exclusivement les mères au détriment de leur vie professionnelle ;
  • rendant le droit à une vie familiale plus concret pour les pères.

Force Ouvrière profite donc de cette mobilisation pour rappeler sa revendication auprès du Secrétariat d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes. Selon ce dernier, la grande cause nationale du quinquennat nécessite l’engagement de tous, sur tout le territoire… FO fait sa part, la balle est dans le camp du gouvernement.

Voir en ligne : Pétition : Pour un congé paternité digne de ce nom

A propos de cet article

Sur l’auteur

Anne Baltazar

Secrétaire confédérale - Secteur Égalité professionnelle - Économie sociale - Logement


Egalité professionnelle - Economie sociale - Logement social - Handicap


Voir le site internet - Handicap et Travail

Voir le site internet - Egalité professionnelle

Envoyer un message à Anne Baltazar

Site internet : https://twitter.com/anne_baltazar

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

22 novembre 1852

En France, un plébiscite approuve le sénatus-consulte qui rétablit la dignité impériale. L’Empire est officiellement restauré, mais c’est le coup d’État du 2 décembre 1851 qui avait tué la deuxième République.