Communiqué de FO

Un grand ELAN en arrière

, Nathalie Homand

Recommander cette page

© Romain GAILLARD/REA

Force Ouvrière condamne la mesure votée par l’Assemblée nationale vendredi 1er juin décidant le passage de 100% à 10% de logements accessibles aux personnes handicapées dans la construction neuve. Cela revient à substituer « l’accessibilité », pour laquelle la France est pourtant déjà en retard, par une « adaptabilité » floue et incertaine : les 90% de nouveaux logements restants seront censés être « évolutifs » et pouvoir être rendus accessibles ultérieurement, sous couvert que des financements le permettent.

Globalement, le projet de Loi ELAN (Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique) se traduirait dans le parc social par la création anecdotique de 2 300 appartements accessibles par an, soit un appartement HLM accessible pour seulement 30 000 habitants !

Et ceci alors que la société française est confrontée au vieillissement de la population et à l’explosion potentielle à terme du nombre de personnes à mobilité réduite, devant bénéficier de logements aménagés.

Force Ouvrière rappelle que cette mesure est contraire à la Convention internationale des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, ratifiée par la France, qui proclame le droit à choisir librement son lieu de vie.

A nouveau, avec cette mesure, la majorité fait le choix de renvoyer chaque individu à son seul sort et réduit encore un peu plus l’égalité de droits et la juste solidarité entre tous. Même les personnes en situation de handicap se retrouvent ici fragilisées. Cette mesure est un grand ELAN en arrière. Elle s’inscrit dans la logique de l’annonce du Président de la République indiquant en septembre 2017 vouloir réduire les normes qui relèvent de très bons sentiments ! Visiblement à l’heure du « chacun pour soi », il n’y a plus de sentiments, ni de valeurs !

A propos de cet article

Sur l’auteur

Nathalie Homand

DEPARTEMENT DE L’ECONOMIE ET DU SERVICE PUBLIC


Economie
- Conjoncture économique
- Consommation & AFOC
- Investissement
- Fiscalité
Lutte contre les inégalités, l’exclusion et la pauvreté
Politiques et filières industrielles et services
Réforme de l’État et décentralisation
Service Public et suivi des politiques publiques

- Collectivités territoriales
- Culture, Education et Formation professionnelle des adultes (AFPA)
- Politiques régaliennes : Police, Justice & Armée
- Politiques d’aménagement durable du territoire dont l’Agriculture et le Logement
- Politiques de Santé publique
Au titre de l’Organisation : Actions, Mobilisations et gestion du matériel de propagande


Envoyer un message à Nathalie Homand

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

19 juin 1987

En France, une loi sur la durée et l’aménagement du temps de travail permet d’écarter certains textes légaux ou réglementaires, soit par une convention ou accord collectif conclu au niveau d’une branche d’activité et étendu, soit par une convention ou accord d’entreprise ou d’établissement. Le législateur (...)

En France, une loi sur la durée et l’aménagement du temps de travail permet d’écarter certains textes légaux ou réglementaires, soit par une convention ou accord collectif conclu au niveau d’une branche d’activité et étendu, soit par une convention ou accord d’entreprise ou d’établissement. Le législateur consent ainsi à s’effacer devant la convention ou l’accord collectif de travail. Cette attitude sera de nouveau à l’œuvre dans la loi Aubry sur les 35 heures.