Un rassemblement national le 16 décembre pour engager le bras de fer

Commission exécutive

Article publié dans le cadre de la campagne Le 16 décembre FO lance un avertissement au gouvernement
Le Comité confédéral national de FO, réuni le 3 octobre dernier, avait invité la Commission exécutive à prendre les initiatives nécessaires à la mobilisation. © solange gautier / FO HEBDO

La Commission exécutive confédérale, réunie le 24 octobre à la demande du Comité confédéral national du 3 octobre dernier, a décidé l’organisation d’un rassemblement national à Paris le 16 décembre. Cette mobilisation est une première étape.

Elle doit permettre de construire le rapport de force qu’exige la réponse syndicale face à la dégradation continue de la situation économique, aux attaques contre les droits sociaux et les services publics. La Commission exécutive confirme ainsi l’objectif de l’organisation d’une manifestation nationale s’appuyant sur un appel à la grève interprofessionnelle.

Tous les articles de la campagne

Le Commerce sera au rendez-vous le 16 décembre...

Communiqué de la FEC-FO - Section Fédérale du Commerce par Employés et Cadres

Le Commerce sera au rendez-vous le 16 décembre à Paris

La Section fédérale du Commerce se félicite de la décision de la Commission Exécutive Confédérale d’appeler à un rassemblement national à Paris, le 16 décembre 2014.

Chiffres du chômage : toujours plus !

Communiqué de Force Ouvrière par Stéphane Lardy

Les chiffres des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi pour le mois d’octobre ne sont, encore une fois, pas une surprise. Le nombre de personnes sans aucune activité et à la recherche d’un emploi (cat. A) augmente de 0,8%.

Projet de loi Macron : loi de régression et de libéralisme

Communiqué de Force Ouvrière

Le Premier ministre et le ministre de l’économie, voire les « deux Premier ministre », ont présenté leur projet de loi « pour la croissance et l’activité » qualifié de loi « de progrès et de liberté » : pour FO c’est un texte idéologique, en dehors de la réalité et qui devrait s’intituler « loi de régression et de libéralisme ».