Economie - FO Hebdo

Un système scolaire plus favorable aux enfants de diplômés

, Clarisse Josselin

Recommander cette page

L’inégalité sévit aussi en matière d’éducation. Les auteurs du rapport parlent même d’une fracture sociale dans les titres scolaires. Seuls 16 % des Français ont un diplôme supérieur à bac+2. La même proportion détient le bac ou son équivalent. Un quart a, au plus, le certificat d’études primaires. Un autre quart détient un CAP ou un BEP.

Des inégalités liées à l’origine sociale

Les ouvriers et les employés, qui représentent la moitié des actifs, se distinguent par leur faible niveau de diplôme. Respectivement 28 % et 16 % d’entre eux ne possèdent aucun titre scolaire. Seulement 2 % des ouvriers, 4 % des agriculteurs et 8 % des employés disposent d’un diplôme supérieur à bac+2. Cette part s’élève à 68 % pour les cadres supérieurs.

Si les jeunes générations sont davantage diplômées que les précédentes, ces inégalités continuent de se reproduire et les écarts se déplacent vers le haut. Ainsi, la moitié des enfants d’enseignants et de cadres supérieurs a un niveau supérieur ou égal à bac+3, contre 8 % des enfants d’ouvriers non qualifiés. Concernant ces derniers, 60 % disposent d’un diplôme inférieur au bac ou n’ont pas de diplôme.

À l’évidence, les chances ne sont pas les mêmes pour tous les enfants, en partie du fait de leur milieu social, mais aussi parce que le système français, basé sur l’évaluation et la compétition, est particulièrement favorable aux enfants de diplômés, pointent les auteurs du rapport.

Or, en France, le diplôme est incontournable en termes de niveau de qualification, de salaire et de conditions de travail. Il constitue aussi, comme le démontre le rapport, l’un des meilleurs boucliers contre le chômage. 

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Éphéméride

12 décembre 1943

En France, la CGT, dont les deux tendances se sont entendues en avril, lance un appel aux ouvriers : "En combattant, la classe ouvrière ne se coupe pas de la nation, au contraire. Revendiquer un salaire meilleur est un devoir national. La cessation collective du travail, à ce (...)

En France, la CGT, dont les deux tendances se sont entendues en avril, lance un appel aux ouvriers : "En combattant, la classe ouvrière ne se coupe pas de la nation, au contraire. Revendiquer un salaire meilleur est un devoir national. La cessation collective du travail, à ce moment-là, devient une action sociale et patriotique".