Une étude alerte sur les conséquences du Ceta

Libre-échange par Nadia Djabali

Deux chercheurs américains de l’université de Tufts, près de Boston, ont publié une étude alarmante sur les conséquences de l’accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’UE également appelé Ceta.

Pour ces universitaires, la réduction des coûts commerciaux liés à la suppression des droits de douane et des barrières non tarifaires (normes techniques ou sanitaires ou règlementation favorisant les entreprises locales et nationales) prévues par le Ceta auront des effets négatifs sur le long terme.

Ce traité entrainerait selon eux la disparition de 227 000 emplois au sein des pays signataires dont 204 000 emplois en Europe. La France perdrait quant à elle 45 000 emplois. L’effet du Ceta toucherait au delà des parties signataires : ainsi 80 000 emplois pourraient également disparaître hors UE et Canada.

Un PIB en berne

Sur le long terme, les salaires augmenteraient plus lentement au profit des revenus du capital. Le manque à gagner côté salaires serait de l’ordre de 1 331 euros annuel en France estiment-ils.

L’accroissement du chômage et la baisse des dépenses des ménages en résultant entraineraient une perte de PIB de 0,49% en Europe.

Nadia Djabali Journaliste à L’inFO militante

Tous les articles du dossier

Tribunaux d’arbitrage : pour FO, c’est carton rouge

Communiqué de Force Ouvrière par Pascal Pavageau

Nouveau retournement dans la saga TTIP et ISDS (tribunaux d’arbitrage permettant, dans le cadre d’un accord de libre-échange, aux investisseurs d’attaquer un État et sa législation s’ils l’estiment contraire à leurs profits) ! Le gouvernement français propose aujourd’hui à la Commission européenne la (...)

« Stop TTIP, Ceta » : 15 000 manifestants à Bruxelles à la veille de la réunion des ministres du Commerce de l’Union européenne

Libre Echange par Evelyne Salamero

Jeunes, étudiants, retraités, salariés, chômeurs, entre amis, en famille, ou en délégations syndicales… A l’appel de diverses associations et des centrales syndicales belges, quelque 15 000 personnes ont défilé le 20 septembre à Bruxelles, à 17 heures, « après le travail et l’école » comme a dit un (...)