Une mobilisation par jour jusqu’au 1er mars pour sauver l’emploi chez Carrefour

Diaporama sonore par Nadia Djabali

© F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Le premier rassemblement contre le plan Bompard a eu lieu lundi 12 février 2018. Les militants de la FGTA-FO se sont donné rendez-vous devant l’hôtel Mercure de Massy où se tenait un comité central d’entreprise de Carrefour Proximité. La FGTA-FO a d’ores et déjà programmé une mobilisation par jour jusqu’au 1er mars, date du mouvement national devant le siège de Carrefour à Massy. (photos : Frédéric Blanc)

« Aujourd’hui, est le premier jour de la campagne que nous lançons », lance au mégaphone Michel Enguelz, délégué FO de groupe chez Carrefour. Ce lundi 12 février, la FGTA-FO a organisé un rassemblement devant l’hôtel Mercure de Massy où se tenait un CCE de Carrefour Proximité. Cette société du géant de la grande distribution gère les 273 ex-magasins Dia voués à la vente ou à la fermeture. La direction doit présenter aux organisations syndicales un projet d’accord collectif majoritaire.

Cyril Boulay, délégué FO Carrefour proximité, ex-Dia (1’12’’)

Sifflets aux lèvres et chasuble rouges et blanches sur le dos, les délégués FO de Carrefour Proximité se sont serrés sous l’auvent de l’établissement, et ont été rejoints par des militants FO des Carrefour Market, des hypermarchés, des sièges et de la logistique.

Sandrine Saroul, déléguée FO Carrefour proximité (23’’)

D’ici le 1er mars 2018, date du rassemblement national devant le siège de Carrefour à Massy, la FGTA organisera des opérations dans toute la France et dans toutes les unités du groupe (supermarchés, hypermarchés, logistique, sièges). « Et nous allons montrer à Alexandre Bompard, poursuit Michel Enguels le micro à la main, que cela fait six mois qu’il est dans le silence avec nous, qu’il refuse de discuter, alors on change de braquet, on change de méthode et ça commence aujourd’hui. »

Jean-Marc Robin, délégué FO Carrefour Market (1’04’’)

Cette première journée de mobilisation devrait se poursuivre sur tout le territoire pour monter en puissance jusqu’au 1er mars 2018. Le 13 février, un rassemblement a eu lieu devant le Carrefour City du 13e arrondissement de Paris. Le 14 février, devant le magasin Contact de Sallaumines (62). Le 17 février, ce sera au tour des salariés des 13 hypermarchés gérés par Carrefour SDNH.

André-Denis Terzo, délégué FO Carrefour hypermarchés (1’07’’)

Nadia Djabali Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Après la grève du 31 mars, difficile reprise des discussions chez Carrefour

Grande distribution par Nadia Djabali

Une réunion d’urgence a eu lieu au siège d’Evry le 5 avril entre les organisations syndicales et la direction de Carrefour. Cette dernière a mis sur la table un certain nombre de propositions, notamment le report en septembre de la mise en location gérance des cinq hypermarchés concernés par ce dispositif. Parmi les autres propositions : le versement de bons d’achats pour compenser la baisse de participation touchée par les salariés.

Une fois la nullité du PSE avérée, l’employeur doit-il reprendre les procédures de consultation des comités d’entreprise depuis le début ?

Rupture du contrat par Secteur juridique

Les plans sociaux, désormais des PSE, se multiplient et les recours à la justice pour les faire annuler aussi. Les juges se sont certes montrés soucieux d’encadrer les licenciements collectifs dans un contexte de crise de l’emploi, mais cela entend aussi faire valoir le respect à la lettre de la procédure légale, une sécurisation juridique en somme.