Une organisation confinée pour une action qui ne l’est pas

Coronavirus / Covid19 par UD FO 48 LOZERE

Article publié dans le Dossier Coronavirus / Covid19
DR

Face à l’épidémie qui nous touche, FO reste sur le pont et adapte son organisation pour continuer à représenter, au mieux, les salariés qu’elle défend, à leur répondre et à être à leurs côtés. C’est le cas de l’Union départementale FO de Lozère.

Si la mise en place de télétravail, notamment avec notre secrétaire administrative en était restée au stade de la discussion, la pandémie de Conoravirus et le confinement à partir du mardi 17 mars 2020 se sont finalement imposés pour donner un coup d’accélérateur dans bon nombre d’entreprises, d’établissement et à FO48.

Rien de plus normal qu’un syndicat soit attentif aux conditions de travail et à la sécurité de ses salariés. Nous nous devons d’être exemplaire en la matière. Cela facilite la mise en cause des quelques employeurs, fort heureusement peu nombreux, pour qui le sujet est le dernier de leurs soucis.

A FO48, nous avons pris en compte le côté anxiogène que peut constituer le Coronavirus.

A une présence seule dans nos locaux fermés au public notre salariée a préféré opter pour le télétravail. En 48h chrono, nous avons pu l’organiser et le mettre en place. Un challenge qui était loin d’être évident. Mais les syndicalistes sont généralement des hommes et des femmes opiniâtres qui ne lâchent rien. Grâce à une société spécialisée très réactive à notre demande, le projet s’est concrétisé.

Désormais, en toute sécurité, la secrétaire administrative peut de son domicile travailler sur l’ordinateur de l’UD. Le trésorier et le secrétaire général peuvent également se connecter. La mise en place du télétravail a nécessité un investissement important d’un peu plus de 2000 €. Lors du retour à une situation normale sera examinée la possibilité de le poursuivre quelques heures par semaine.

Enfin, en période hivernale, il permettra de réduire les risques routiers.
Bref c’est du gagnant/gagnant. Un transfert des appels programmé les lundi-mardi- et jeudi de 9 h à 12 h permet à nos syndicats, adhérents mais aussi aux salariés, chômeurs, retraités, jeunes de rentrer en contact avec nous. En dehors de ces horaires un répondeur téléphonique permet de recueillir les messages. Pour les urgences, un numéro de portable est disponible.

Du côté de l’Union Locale de Marvejols, les permanences assurées les mardis par Pierre Bruel sont supprimées jusqu’à nouvel ordre. Lui aussi s’est mis au télétravail pour répondre aux nombreuses sollicitations des syndicats, militants de l’Action Sociale. D’autres camarades sont aussi sur le pont comme le SNUDI, le GD santé, les Territoriaux, FOcom48.

FO est là, bien là, toujours présente

Nos fédérations et notre confédération ont mis en place également des organisations spécifiques. A tous les niveaux Force Ouvrière est donc en ordre de bataille. Celle des retraites ne nous a pas épuisés, bien au contraire. Au niveau de fonctionnement de nos instances, les réunions en présentiel sont toutes supprimées. Si la Commission administrative qui devait avoir lieu début avril a été reportée, les membres du bureau de l’UD ont participé vendredi à leur première conférence téléphonique pour traiter les sujets urgents.


DR

DR

DR

UD FO 48 LOZERE Secrétaire général :

Tous les articles du dossier

La crise du COVID-19 : des enjeux humanitaires au niveau mondial

Coronavirus / Covid19 par Marjorie Alexandre

La crise sanitaire actuelle n’a pas de frontières et touche l’ensemble des travailleurs et des économies à travers le monde. Mais la capacité de réponse n’est pas la même avec des pays dénués d’infrastructures publiques solides, des services publics de santé bien souvent affaiblis comme en Grèce, laissant entrevoir des crises humanitaires à répétition pendant et à l’issue de la crise du COVID-19. Au-delà, les Nations-Unies et l’OIT alertent la communauté internationale sur le sort des travailleurs migrants qui sont aussi parmi les plus vulnérables.