Une priorité pour FO Métaux Valeo : la défense des emplois et des salariés

Communiqué de FO Métaux par Métaux

HAMILTON/REA

Le secteur des équipementiers automobiles se trouve frappé de plein fouet par la crise économique sans précédent depuis la fin de la seconde guerre mondiale qui succède à la crise sanitaire. Le groupe Valeo a annoncé par la voix de son P-DG un plan d’économie drastique comportant une réduction des coûts salariaux à hauteur de 10 %, soit l’équivalent d’un montant de 100 millions d’euros.

Le cadre est fixé par la direction : ce sera une négociation sur la compétitivité de l’entreprise.

Chez Valeo, FO Métaux est consciente de l’enjeu et de la gravité de la situation au sein du groupe et résolue à défendre pleinement l’intérêt des salariés avec une priorité absolue et un préalable.

Pour FO Métaux Valeo, parmi les outils permettant de traverser la crise, celui du dialogue social est majeur et incontournable. Il conviendra, en conséquence, d’asseoir nos échanges par :

• un diagnostic précis sur l’ensemble des options et des garanties pouvant y être associées.

FO Métaux Valeo rappelle que la crise ne doit pas être un effet d’aubaine et nous apporterons donc toute l’attention nécessaire pour apprécier la situation économique et financière de l’entreprise, et être force de propositions.
En outre et surtout, la primauté de notre engagement demeure toujours :

• la défense des emplois au sein du Groupe

C’est animés par cette priorité que nous continuerons de peser au sein des négociations pour préserver les emplois et les compétences.

En effet, pour FO Métaux Valeo, les salariés et les emplois ne se définissent pas comme un coût mais comme un investissement et une plus-value vitale pour l’avenir de l’entreprise. C’est aussi pour cette raison qu’il faut œuvrer pour les sauvegarder au sein du groupe.

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

FO s’oppose au passage à 40 heures de travail sur le site Valéo d’Angers

Emploi et Salaires par Clarisse Josselin, journaliste L’inFO militante

FO a claqué la porte des négociations sur la mise en place d’un accord de compétitivité sur le site de l’équipementier automobile Valéo à Angers, le 16 septembre. La direction veut imposer un passage de 35 à 40 heures de travail hebdomadaires. FO dénonce une aggravation considérable des conditions de travail pour augmenter les dividendes des actionnaires.