Une rentrée scolaire entre deux réformes

État des lieux par Evelyne Salamero

©Baptiste FENOUIL/REA

Nouveaux rythmes scolaires dans les écoles maternelles et primaires, réforme du collège au programme… Le gouvernement veut poursuivre la refondation de l’école. À tout prix.

Six organisations syndicales de l’enseignement du second degré, dont FO, devaient se réunir ce 1er septembre en vue d’une nouvelle mobilisation nationale cet automne contre la réforme du collège prévue pour 2016. Celle-ci diminue considérablement le nombre d’heures consacrées à l’enseignement disciplinaire et permet, fait sans précédent, qu’une partie des programmes ne soient plus déterminés nationalement mais localement, établissement par établissement (lire FO Hebdo n°3159).

« C’est la grève qui est à l’ordre du jour »

À l’école maternelle et primaire, la réforme des rythmes scolaires entre dans sa deuxième année. Après la réforme de 2008 qui avait réduit le temps scolaire de 3 heures 30, cette nouvelle réforme a réinstauré 3 heures 30 de temps passé à l’école mais pour les consacrer à des activités périscolaires, financées par les communes, dans le cadre de projets éducatifs là encore déterminés localement. Près de 82 % des communes devraient être dotées d’un projet éducatif territorial à cette rentrée et pourront à ce titre bénéficier d’un soutien de l’État de 50 euros par élève et par an. Mais, selon un rapport d’étape diffusé en juin par le ministère de l’Éducation, plus de la moitié des communes ont déjà dû demander aussi une contribution financière aux parents.

Dans ce contexte, et alors que « les salaires sont bloqués », que « les postes manquent partout » et que « les garanties statutaires des personnels n’ont jamais été autant menacées », la Fédération FO de l’Enseignement, de la Culture et de la Formation professionnelle (FNEC FP FO) considère que « c’est la grève qui est à l’ordre du jour ». 

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Fonction publique d’État : une première place confortée

Service public par Valérie Forgeront

Le verdict des urnes est clair : FO reste la première organisation dans la fonction publique d’État, avec 17 % des suffrages, soit une progression de 0,4 % par rapport à 2011. L’organisation devance ainsi dix syndicats dont la FSU – par un écart de 1,4 % –, en repli de 0,2 %. FO prend aussi de la (...)

Les enseignants en grève plutôt deux fois qu’une

Service Public

Les agents de l’État, hospitaliers et territoriaux confirment leur appel à la grève et à des manifestations contre l’austérité le 26 janvier à l’initiative de trois syndicats : FO, CGT et Solidaires.

Le grand débat pour revenir à l’antienne de la réduction de la dépense publique !

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Étonnamment, le Premier ministre, en conclusion de la restitution du Grand débat ce matin, a retenu comme première exigence celle de « baisser, et baisser plus vite, les impôts » et y a ajouté que, selon lui, si, « les Français ont compris, avec plus de maturité que certaines formations politiques, qu’on ne peut pas baisser les impôts si on ne baisse pas la dépense publique ».