Utilisateurs de VTC : bien connaître vos droits

Consommation par AFOC

© Bruno LEVY/CHALLENGES-REA

Les VTC sont désormais très prisés, notamment dans les grandes villes. Mais les utilisateurs doivent savoir que nombre d’éléments de la réglementation à laquelle sont soumis ces véhicules de tourisme avec chauffeur diffèrent de celle appliquée aux taxis.

Un véhicule de tourisme avec chauffeur (VTC) est un véhicule de moins de six ans proposant des courses à titre onéreux afin de transporter jusqu’à huit passagers. Contrairement au taxi, un VTC a interdiction de stationner ou de circuler, en faisant des maraudes, à la recherche d’un client. Aussi, si vous voulez emprunter ses services, vous devez nécessairement effectuer une réservation préalable sur une plate-forme existante grâce à une application ou via une connexion à un site. Comme précisé précédemment, toute course doit faire l’objet d’une réservation préalable. Une fois votre réservation passée par le biais d’une plate-forme en ligne, vous recevez une confirmation indiquant le lieu et l’heure de prise en charge, ainsi que des éléments vous permettant d’identifier votre véhicule avec chauffeur tels que : le numéro d’immatriculation du véhicule, la marque et le modèle du véhicule, une photographie du chauffeur.

Au-delà de 25 euros, une facture est obligatoire

Contrairement aux tarifs des taxis, qui sont réglementés par arrêté préfectoral, ceux des VTC sont librement fixés par la plate-forme à laquelle vous faites appel.

Le tarif doit en revanche vous être indiqué au moment de la réservation et non à l’issue de la prestation ! Si le montant de la course est égal ou supérieur à 25 euros TTC, la délivrance d’une facture, sur papier ou par voie électronique, est obligatoire. En cas de réclamation à la suite d’une course effectuée à bord d’un VTC, le premier réflexe à avoir est de saisir son service client afin d’aboutir à une résolution à l’amiable. Si cette démarche ne donne pas satisfaction, vous pouvez saisir le médiateur à la consommation choisi par le prestataire de VTC, ou encore vous rapprocher de l’AFOC. À savoir encore : à l’aéroport, les VTC ne disposent pas d’autorisation de stationner, vous ne pouvez donc pas en trouver un inopinément. La seule solution est de le réserver en amont. Le VTC est alors autorisé à vous attendre au point de rendez-vous prévu durant une heure maximum.

AFOC Association Force Ouvrière Consommateurs - AFOC

Sur le même sujet

Charte pour les travailleurs des plateformes : la prime au moins disant social !

Communiqué de FO par Béatrice Clicq

Le 4 septembre dernier, le Conseil constitutionnel censurait l’article de la loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel », qui donnait la possibilité aux plateformes de définir dans une charte les conditions et modalités d’exercice de leur responsabilité sociale à l’égard de leurs travailleurs. Au mois de mars, les sénateurs supprimaient, à leur tour, l’article 20 du projet de loi sur les mobilités (LOM), qui reprenait cette disposition.

Quand une multinationale redore son blason avec l’aide de l’ONU

Communication par Evelyne Salamero

La société américaine Uber (VTC, voiture de tourisme avec chauffeur) et l’ONU Femmes ont annoncé un partenariat pour créer un million d’emplois féminins. Ultra précaires.
Affaires de viols et de harcèlement sexuel, concurrence déloyale, dumping social, pratiques antisyndicales… Uber, la multinationale (...)

De plus en plus d’enfants coursiers à vélo : FO monte au créneau

Transports par Evelyne Salamero

Jusqu’où ira l’ubérisation de la société ? Malgré les signalements effectués par la Fédération FO des transports et de la logistique auprès du ministère de tutelle, rien n’a encore été entrepris pour faire respecter l’interdiction du travail des enfants dans les entreprises de livraisons à vélo. FO exige la mise en place immédiate d’une carte professionnelle pour lutter contre ce fléau.