Vent debout pour défendre les salarié(e)s de la restauration aérienne et ferroviaire. Nous exigeons zéro licenciement en contrepartie des aides de l’État

Economie par Cheminots , FEETS FO, FGTA-FO

© Gilles ROLLE/REA

Communiqué de la FEETS-FO, la FGTA-FO et de FO Cheminots

Les syndicats de trois fédérations de Force Ouvrière, la fédération des Cheminots, la FGTA-FO et la FEETS font front commun. Ils exigent des principaux acteurs du secteur - Servair, Newrest, LSG... - de s’engager à ne licencier aucun salarié au regard des aides qu’ils perçoivent de l’État.

Nous veillerons à ce que les salariés ne soient pas la variable d’ajustement de ce plan de relance.

En effet, les dirigeants de ces entreprises appellent l’État à l’aide ; elles demandent à bénéficier du plan de relance annoncé par le Président de la République.

Nous soutenons bien évidemment cette démarche pour la sauvegarde de ces entreprises et pour éviter une catastrophe socio-économique d’une ampleur inédite. Toutefois, nous refusons que ces aides soient des chèques en blanc sans aucune contrepartie sociale. Nous exigeons qu’elles soient conditionnées par des engagements clairs, notamment l’arrêt immédiat de leurs plans de réduction des effectifs (PSE, PDV...).

Nous appelons également leurs actionnaires (Air France-KLM, le conglomérat RRJ CAPITAL...) à investir financièrement et à contribuer fortement à cet effort collectif, sachant qu’ils ont reçu des centaines de millions d’euros sur l’exercice de 2019 grâce au travail des salariés.

Oui au soutien de l’État, mais non sans engagement social !

Cheminots Secrétaire Général

FEETS FO ÉQUIPEMENT, ENVIRONNEMENT, TRANSPORTS ET SERVICES

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Sur le même sujet

Happychic : 466 suppressions de postes qui révoltent les salariés

Commerce par  Valérie Forgeront

Le groupe de prêt à porter Happychic appartenant à l’association familiale Mulliez (Auchan…) a annoncé à la mi-juillet une restructuration par fusion de ses enseignes. L’annonce porte aussi la suppression de 466 postes en France, la fermeture de quatre-vingt-huit magasins sans compter celle d’un entrepôt et la suppression de dizaines de postes au siège de Roubaix.

Commerce non alimentaire : des dizaines de milliers d’emplois sur la sellette

Emploi et Salaires par Evelyne Salamero

Conforama, mais aussi La Halle, André, Alinéa… La survie de nombreuses enseignes se joue aujourd’hui. La crise sanitaire est venue aggraver une situation déjà bien précaire. La section commerce de la Fédération FO des Employés et Cadres tire la sonnette d’alarme et rappelle la promesse du chef de l’État qu’aucune entreprise ne restera sur le carreau.