Véronique Delaitre : « Il faut valoriser son savoir-faire et ses compétences »

Les salariés du particulier employeur, des professionnels à part entière par Clarisse Josselin

Article publié dans le cadre de la campagne #TPE2016 - La grande élection syndicale
Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Trois questions à Véronique Delaitre, responsable FO pour le secteur des emplois de la famille et secrétaire générale du Syndicat national FO des services à la personne.

FO Hebdo - TPE
PDF - 325.6 ko

À quelles difficultés sont confrontés ces salariés ?
Véronique Delaitre : Comme ils ont plusieurs employeurs, ils passent beaucoup de temps dans les transports et ont souvent une durée de travail quotidienne excessive. Ils font aussi face à des difficultés relationnelles. Les particuliers ne sont pas des employeurs classiques et les salariés, très isolés, ne connaissent pas toujours leurs droits. Certains se voient encore proposer du travail au noir. D’autres ne sont pas payés ou souffrent de harcèlement. Il y a aussi la problématique des salariés logés chez leur employeur, dont il est compliqué de calculer le temps de travail.


Qu’est-ce que vous mettez en œuvre pour améliorer leur situation ?
Véronique Delaitre : Les négociations en cours entre les syndicats et les employeurs sur la santé au travail et la convention collective permettront d’améliorer les droits de tous les salariés de la branche. Nous allons aussi mener des campagnes d’information sur des dispositifs, trop méconnus, qui permettent de valoriser ses compétences et son savoir-faire. C’est le cas de la formation professionnelle continue, mise en place en 2006. C’est également le cas de la certification, créée en 2009, qui permet d’avoir l’équivalent d’un CAP de garde d’enfants, d’assistant de vie ou d’employé familial, et d’augmenter son salaire de 3 %.


En quoi le syndicat FO peut-il aider ces salariés ?
Véronique Delaitre : Il y a bien sûr les négociations nationales que je viens d’évoquer. Notre équipe offre aussi un accompagnement adapté aux adhérents du syndicat. Un service juridique dédié répond à leurs questions dans les 48 heures. Nous les aidons à rédiger leur contrat de travail. Pour les informer, nous éditons quatre magazines par an. Ils reçoivent aussi un guide pratique sur leurs droits et peuvent bénéficier d’une mutuelle et du Club avantage, une sorte de comité d’entreprise.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

Tous les articles de la campagne

Préparateurs en pharmacie : FO se bat pour revaloriser le diplôme

#TPE2016 par Clarisse Josselin

Jean-Claude Mailly, accompagné de responsables FO, s’est rendu le 24 mai dans une pharmacie de Chaumont (Haute-Marne), dans le cadre de la campagne pour les élections dans les Très petites entreprises (TPE). Avec les salariés, il a notamment évoqué les négociations en cours pour valoriser le statut de préparateur en pharmacie.