VTC : manifestation à l’appel de FO pour le respect de la loi et un tarif minimum

Transports par Evelyne Salamero

Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

En manifestant le 24 novembre à Paris, à l’appel notamment de FO, les chauffeurs VTC réclamaient une application stricte de la loi Grandguillaume de 2016.

Celle-ci avait donné un an aux chauffeurs de transport collectif occasionnel (2 voyageurs minimum et 9 au maximum, loi LOTI de 1982) pour réussir l’examen commun VTC-taxis ou obtenir une équivalence, et pouvoir faire ainsi du transport individuel sans contourner la légalité.

Mais le gouvernement a accordé un délai supplémentaire. Les chauffeurs VTC revendiquent aussi un tarif minimum et la fin de l’ingérence des plates-formes dans les négociations.

Album Flickr ci-dessous, photographies : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)
Les chauffeurs VTC dans la rue

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

De plus en plus d’enfants coursiers à vélo : FO monte au créneau

Transports par Evelyne Salamero

Jusqu’où ira l’ubérisation de la société ? Malgré les signalements effectués par la Fédération FO des transports et de la logistique auprès du ministère de tutelle, rien n’a encore été entrepris pour faire respecter l’interdiction du travail des enfants dans les entreprises de livraisons à vélo. FO exige la mise en place immédiate d’une carte professionnelle pour lutter contre ce fléau.

Quand une multinationale redore son blason avec l’aide de l’ONU

Communication par Evelyne Salamero

La société américaine Uber (VTC, voiture de tourisme avec chauffeur) et l’ONU Femmes ont annoncé un partenariat pour créer un million d’emplois féminins. Ultra précaires.
Affaires de viols et de harcèlement sexuel, concurrence déloyale, dumping social, pratiques antisyndicales… Uber, la multinationale (...)