Yves Lasfargue, directeur de l’Observatoire du télétravail : « Les ordonnances manquent de clarté sur la mise en œuvre du télétravail »

Interview par Françoise Lambert

Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Yves Lasfargue est chercheur et directeur de l’Observatoire du télétravail, des conditions de travail et de l’ergostressie (stress lié aux technologies). FO Hebdo s’est entretenu avec ce spécialiste qui pointe le flou des ordonnances sur le sujet du télétravail.

Quels changements les ordonnances apportent-elles pour le télétravail ?

Yves Lasfargue : Il y a simplification car l’obligation d’un contrat ou d’un avenant au contrat de travail est remplacée par la nécessité d’une charte ou d’un accord collectif négocié. Les ordonnances manquent de clarté sur les modalités de mise en œuvre du télétravail. Dans l’absolu, seul un accord oral entre le salarié et l’employeur pourrait suffire, ce qui induit un fort danger de développement du « télétravail au noir ». Par ailleurs, tout accident survenu sur le lieu de télétravail est désormais présumé être un accident du travail – une mesure positive et sécurisante pour le télétravailleur.

Deux tiers des salariés aspirent au télétravail. Quels bénéfices escomptent-ils ?

Y. L. : Les salariés en attendent plus de liberté. Ils citent un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, et une baisse du stress et de la fatigue en lien avec les temps de trajet, ce qui se vérifie quand le télétravail devient effectif. Mais sur un gain de trois heures de transport par journée de télétravail, la moitié reste assez souvent du temps de travail supplémentaire.
Soulignons aussi que le nombre de salariés à s’engager dans le télétravail est bien inférieur à celui souvent annoncé. Quand on regarde entreprise par entreprise, environ 5 % de salariés télétravaillent, sauf dans le secteur des sociétés de services.

Quels sont les risques du télétravail pour les salariés ?

Y. L. : La difficulté pour le télétravailleur, c’est d’apprendre à gérer son temps. Certains ne prennent pas de pause et ne déjeunent pas, pris par leur travail. Mais le premier risque reste la sensation d’isolement, qui apparaît au bout de trois jours. La plupart des accords collectifs limitent d’ailleurs le télétravail à trois, voire deux jours par semaine. Il convient aussi de veiller à avoir des conditions de travail correctes à la maison. On ne travaille pas sur sa table de cuisine et on ne peut pas télétravailler et élever ses enfants en même temps.

Seulement une centaine d’accords sur le télétravail ont été recensés. Comment expliquez-vous la réticence des employeurs ?

Y. L. : Ces accords ont souvent été à l’initiative des syndicats. Certains employeurs, minoritaires, pensent qu’une amélioration des conditions de travail va apporter une hausse de la productivité. Mais une majorité craint que le télétravail se traduise par une baisse de la productivité. Il existe en France un manque de confiance entre l’entreprise et le salarié, et vice-versa.

Y a-t-il encore des droits à conquérir pour les télétravailleurs ?

Y. L. : Il reste à améliorer la prise en charge des coûts en lien avec le télétravail, notamment du matériel informatique et mobilier, puisque les ordonnances ont supprimé l’obligation de cette prise en charge. Mais le principal problème reste celui de la charge de travail. Comment la mesurer pour les travailleurs de la société de l’information ? C’est très compliqué : la production n’est pas proportionnelle au temps de travail et les heures de travail sont difficiles à cerner, avec une disparition des frontières entre la vie professionnelle et la vie privée de salariés équipés de smartphones, amenés à travailler plus. On touche là au respect du droit et du devoir de déconnection.

 

Zoom : FO et le télétravail
Pour FO, les ordonnances signent globalement un recul sur le télétravail. Car celui-ci doit se fonder sur le volontariat, et seul le contrat de travail ou un avenant au contrat peut le garantir. Autres revendications du syndicat : la prise en charge par l’employeur des équipements de télétravail, et des horaires (et plus généralement des droits) identiques à ceux des salariés dans les locaux de l’entreprise. FO préconise en outre de limiter le temps de télétravail à moins de 50 % du temps hebdomadaire de travail.

Françoise Lambert Journaliste à L’inFO militante - Santé - Retraite

Sur le même sujet

Le Télétravail, notre meilleur ennemi ?

Enquête par Evelyne Salamero

Si le travail loin des locaux de l’entreprise, grâce aux smartphones, tablettes et ordinateurs, peut séduire, il recèle d’importants dangers pour les travailleurs, notamment en termes de santé, constate un rapport conjoint de l’OIT (Organisation internationale du travail) et d’Eurofound (Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail), une agence tripartite de l’Union européenne.

Loi d’orientation des mobilités : prime transport et télétravail

Communiqué de FO par Yves Veyrier

FO ne peut que regretter que le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM) n’aille pas jusqu’au bout en rendant systématique la prise en charge du coût du transport par l’entreprise pour les salariés n’ayant d’autre choix que d’utiliser leur véhicule pour se rendre au travail, faute de transport en (...)

Concertation des interlocuteurs sociaux sur le télétravail

Economie par Pascal Pavageau, Secteur Économique

L’article 57 de la loi « Travail » d’aout 2016 stipule qu’une « concertation sur le développement du télétravail et du travail à distance est engagée, avant le 1er octobre 2016, avec les organisations professionnelles d’employeurs et les organisations syndicales de salariés représentatives au niveau national et interprofessionnel ».