Yves Veyrier : « Notre indépendance est notre richesse »

Éditoriaux de FO par Yves Veyrier, Secrétaire général de Force Ouvrière

Certains médias avaient qualifié la mobilisation du 5 octobre – dont une des revendications centrales était les salaires – de retour des syndicats. Ils ne s’étaient pas trompés, en tout cas pour ce qui concerne FO !

En cette fin d’année, les syndicats, l’action syndicale, sont sur le devant de la scène, soit à la négociation, soit dans les mobilisations, qui vont jusqu’à la grève pour obtenir des augmentations de salaires, défendre les emplois, défendre le service public et ses moyens.

Aux Antilles, la cherté de la vie et les difficultés en matière d’emploi et d’avenir, notamment pour la jeunesse, sont aussi à l’origine des fortes tensions qui donnent lieu aux mobilisations syndicales.

Les retraités manifestaient eux aussi, à Paris, pour leur pouvoir d’achat le 2 décembre dernier.

Notre Comité confédéral national, réuni les 3 et 4 novembre derniers, a délibérément positionné la confédération dans le contexte des mois à venir. Il est celui, toujours malheureusement, du régime de la pandémie de Covid, qui se traduit par une double incertitude : sanitaire et économique ; il est aussi celui de la campagne pour l’élection présidentielle, qui aura lieu au mois d’avril, suivie des élections législatives, et qui domine désormais aussi largement le débat public. Il est pour FO celui de la période de préparation du prochain congrès confédéral, qui aura lieu du 29 mai au 3 juin 2022. Et nous sommes entrés également, en 2021, dans un nouveau cycle de mesure de la représentativité syndicale avec les élections fonction publique en décembre 2022 et, d’ores et déjà, les élections CSE (Comité social et économique) dans les entreprises.

Nous avons tenu une conférence de presse nationale le 22 novembre. Nous voulions présenter, au sortir de notre dernier CCN, l’activité d’ensemble de la confédération et sa projection pour les mois qui viennent.

Les syndicats FO sont sur le devant de la scène, soit à la négociation, soit dans les mobilisations pour les salaires, les emplois et le service public

Libertés individuelles et collectives, libertés syndicales et droit de grève ; salaires et pouvoir d’achat ; emploi et formation professionnelle ; défense du paritarisme et négociation collective ; Assurance chômage, retraites, Sécurité sociale ; service public et fonction publique ; activité économique, environnement, climat et emploi ; développement de nos adhésions et implantations, réussite des élections professionnelles… la feuille de route déclinée dans la résolution adoptée à l’unanimité est sans faiblesse.

Le CCN a décidé de lancer la semaine FO de l’adhésion syndicale – elle se déroulera du 17 au 22 janvier sur tout le territoire, avec l’objectif de promouvoir l’importance de l’action syndicale et celle d’y prendre part avec FO.

La confédération FO est là et bien là, sur son terrain, celui de la revendication, dans la négociation et dans le rapport de force, par la grève et la manifestation quand c’est nécessaire. Notre indépendance et notre détermination à agir syndicalement font notre richesse, notre crédit et notre force.

Notre prochain congrès doit être celui du rassemblement, de la détermination, de l’ambition pour la Confédération Générale du Travail Force Ouvrière. Nous en avons les moyens, assurons-nous de les mettre en œuvre.

Notre slogan est et sera : « Plus nombreux, plus forts, libres et indépendants pour la justice sociale » !

Abonnez-vous à la newsletter « Éditoriaux de FO »

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Secrétaire général de Force Ouvrière

Sur le même sujet

Résolution Comité confédéral national des 3 et 4 novembre 2021 – adoptée à l’unanimité

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 3 et 4 novembre 2021, le CCN rappelle l’indépendance de la CGT-FO à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et religieuses. Il réaffirme son attachement à la Charte d’Amiens et d’une façon générale, son indéfectible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical. Le syndicalisme ne doit pas lier son destin à celui de l’État, rappelant ainsi le préambule des statuts de la CGT-FO.