Éditoriaux de FO

Yves Veyrier : « Pour la République, en votant FO, Je défends le service public ! »

, Yves Veyrier

Recommander cette page

Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Il y a 4 ans, la confédération avait mené campagne pour les élections dans la Fonction Publique sous le slogan : Pas de République sans Service Public. Il demeure d’actualité. Cette année, nous l’avons complété, Avec FO, je défends le service public.

« Je » concerne bien sûr, en premier lieu, les agents eux-mêmes, qu’ils soient titulaires ou contractuels. Au contact des usagers, personnels soignants, enseignants, personnels d’entretien, quand cela n’a pas été externalisé, postiers, policiers, agents des services communaux, des départements et régions, agents des impôts, des préfectures, de la justice, de l’entretien des routes et infrastructures de transports, … ou, dans les bureaux, personnels administratifs, ouvriers, techniciens et ingénieurs, elles et ils tissent, au quotidien, la solidarité républicaine.

Mais, ils exercent dans des conditions toujours plus dégradées, du fait des contraintes budgétaires, des réductions de moyens, d’effectifs et subissent la perte de leur pouvoir d’achat conséquence du blocage de la revalorisation du point d’indice.

C’est pourquoi, le « Je » concerne tout un chacun, que l’on soit ou non fonctionnaire ou agent de service public. Nous devons – c’est l’engagement de FO – leur redonner toute la considération qu’ils méritent, et ne pas attendre d’en avoir besoin, pour soi-même, lorsque l’on est malade, ou âgé, ou pour ses enfants et parents. Nous devons faire en sorte de rompre le discours qui ne voit dans le service public qu’une dépense. Le service public, via l’impôt, c’est l’investissement de la nation pour l’égalité et la fraternité, sans lesquelles il n’y a pas de liberté. Le statut général de la Fonction Publique est la garantie que toutes et tous citoyens seront servi à égalité.

Le « Je » doit donc tous nous mobiliser. Dans les jours qui viennent, il nous faut le traduire en votant, en s’assurant du vote de nos collègues, lorsque l’on est fonctionnaire, et, que l’on soit ou non fonctionnaire, en invitant nos amis, proches, voisins, lorsqu’ils sont fonctionnaires à voter. En relançant aussi celles et ceux – agents du service public, que nous sommes amenés à rencontrer dans nos démarches notamment.

Il reste peu de jours avant le 6 décembre, le vote a commencé dans certains secteurs par correspondance ou électronique.

Pour la République, en votant FO, Je défends le service public !

A propos de cet article

Sur l’auteur

Yves Veyrier

Secrétaire général de Force Ouvrière


  • Marche générale de la Confédération Générale du Travail Force Ouvrière
  • Organisation dont les Outre-mer
  • Représentation de la Confédération et expression publique
  • Relations internationales
  • Responsable du dialogue social, des relations avec le personnel de la Confédération et des Ressources Humaines
  • Union Confédérale des Retraités (UCR)

Envoyer un message à Yves Veyrier

Site internet : https://twitter.com/yveyrier

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Éditoriaux

Abonnez-vous à la lettre d’information « Éditoriaux de FO »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Mercredi 12 décembre de 12h00 à 12h30

    BFM Business
    Yves Veyrier sera l’invité d’Hedwige Chevrillon sur BFM Business.

Éphéméride

12 décembre 1943

En France, la CGT, dont les deux tendances se sont entendues en avril, lance un appel aux ouvriers : "En combattant, la classe ouvrière ne se coupe pas de la nation, au contraire. Revendiquer un salaire meilleur est un devoir national. La cessation collective du travail, à ce (...)

En France, la CGT, dont les deux tendances se sont entendues en avril, lance un appel aux ouvriers : "En combattant, la classe ouvrière ne se coupe pas de la nation, au contraire. Revendiquer un salaire meilleur est un devoir national. La cessation collective du travail, à ce moment-là, devient une action sociale et patriotique".