Yves Veyrier, Secrétaire général de FO : « Convaincre pour gagner »

Éditoriaux de FO par Yves Veyrier

Article publié dans le cadre de la campagne Réforme des retraites, FO dit stop !
Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

La confédération n’a de cesse d’expliquer, d’expliquer encore, sans aucune forme de faiblesse ou de complaisance, les raisons qui nous conduisent aujourd’hui à convaincre de la nécessité de mobiliser d’ici le 5 décembre pour réussir. Oui, la question de la grève est posée à partir du 5 décembre.

Non pas que la grève soit, en soi, l’objectif, mais parce que, de longue date, nous l’avons dit : le dossier des retraites est un dossier majeur qui concerne l’ensemble des salariés, aujourd’hui et demain, à la fois du point de vue des droits et du modèle même de la protection sociale dans notre pays.

Oui, nous estimons légitime d’être entendus.

Et non, nous ne sommes pas d’accord avec l’idée de supprimer le système de retraite existant, pour aller, demain, vers un régime unique par points sous la gouverne de l’État et des gouvernements.

Ce point de vue est tout à fait recevable.

En effet, dans le même temps, on mesure le sens que prendraient demain les décisions retraite, à l’aune de celles prises récemment et qui entrent en vigueur sur l’Assurance chômage. Les estimations de l’Unédic confirment qu’elles vont impacter un demandeur d’emploi indemnisé sur deux, avec en particulier la baisse de l’allocation chômage (20 % en moyenne) ou une entrée plus difficile dans le droit à indemnisation.

Encore une fois, notre système de retraite mérite amplement d’être préservé. Oui, nous portons, et nous allons les préciser encore, des propositions et revendications qui permettent de l’améliorer.

C’est à ce point de départ que la raison doit l’emporter.

Ce n’est pas faute de l’avoir expliqué sans relâche et en détail.

Nous venons d’ailleurs de mettre en ligne sur le site Internet de la confédération, www.force-ouvriere.fr, un décryptage du projet du gouvernement, sous forme de questions-réponses. Par exemple, doit-on adapter les retraites à la précarité ou en finir avec la précarité ?, ou encore, qu’est-ce qui est de la pipe, ou qu’est-ce qui différencie le système de retraites complémentaires par points, qui existe aujourd’hui, d’un régime unique par points ? Le régime unique par points est-il plus simple que le système actuel et ses régimes ?...

Certes, le dossier est technique et peut sembler rébarbatif au premier abord. C’est bien la raison pour laquelle il faut véritablement prendre le temps d’en comprendre les ressorts et ne pas s’arrêter aux assertions et assurances censées rassurer les uns et les autres.

Depuis le mois de mars, et cela n’a pas varié, le gouvernement a découvert son objectif : Il faudra travailler plus longtemps. Pour qui s’interroge encore, il suffit de se reporter à ses déclarations récentes.

Notre commission exécutive confédérale était réunie ce jour, 29 octobre. La volonté est là, la conviction de notre raison et notre détermination sont intactes.

Yves Veyrier Ex-Secrétaire général de Force Ouvrière

Tous les articles de la campagne

Yves Veyrier, Secrétaire général de FO : « C’est le marché du travail qui crée les injustices en matière de retraite, pas le système actuel ! »

Interview d’actuEL CE/CSE le 27 novembre 2019 par Yves Veyrier

Secrétaire général de FO, Yves Veyrier appelle les salariés à faire grève le 5 décembre contre le projet de réforme des retraites. A ses yeux, un régime universel à points ne résoudrait aucune des injustices constatées au moment de la retraite, car il faut traiter leur cause, à savoir « les défaillances du marché du travail » avec un trop grand nombre d’emplois précaires et de bas salaire. Interview.