MP3 - 1.4 Mo
Yves Veyrier, Secrétaire général de FO, sur France Culture

Yves Veyrier, Secrétaire général de FO, était l’invité de Catherine Petillon

France Culture le 4 juin 2020 par Yves Veyrier

Yves Veyrier, Secrétaire général de Force Ouvrière, était l’invité du journal de 7h de de France Culture le 4 juin 2020.

Yves Veyrier : On a un discours en ce moment qui est très dramatisant, anxiogène, où on invoque une perspective de récession de 11% de points de PIB.

Le Premier ministre n’a eu de cesse d’évoquer, dans le contexte de déconfinement, la ligne de crête entre le risque d’un rebond sanitaire et de l’autre côté celui d’un écroulement économique.

Nous avons besoin d’un autre discours, d’un discours beaucoup plus optimiste. Nous sommes aujourd’hui beaucoup interrogés. On nous disait il va falloir se remonter les manches, travailler plus, déroger aux 48 heures et aujourd’hui on nous dit il va peut-être falloir travailler moins et surtout gagner moins. Ce serait la pire des choses à faire que de faire en sorte qu’il y ait une forme d’incitation un peu générale à la modération des salaires au prétexte que la situation économique est compliquée. Il faut éviter ce discours qui oppose salaire à l’emploi.

C’est un peu ce à quoi on est confrontés dans un certain nombre d’entreprises en ce moment, en nous disant il faut faire des sacrifices sur les salaires. Ce serait contre-productif. On créerait un effet récessif qui irait à l’encontre de ce dont on a besoin en matière de reprise de l’activité. On parle de relocalisation d’entreprises, d’industries, il faut qu’on soutienne par la demande intérieure donc le moment n’est pas celui de la modération, de la contrainte sur les salaires.

 Voir en ligne  : France Culture

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Sur le même sujet

Résolution du Comité confédéral national de FO des 23 et 24 septembre 2020

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 23 et 24 septembre 2020, le CCN rappelle son indépendance à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques. Il réaffirme d’une façon générale son opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical, rappelant par là le préambule des statuts de la CGT-FO.