Yves Veyrier, Secrétaire général de FO, était l’invité de RCF Haute Loire

RCF – lundi 19 octobre 2020 par Yves Veyrier

Yves Veyrier, secrétaire général de FO était en Haute-Loire ce vendredi 16 octobre 2020. .

Yves Veyrier le Secrétaire général a largement insisté sur le fait d’interdire aux entreprises qui bénéficient des aides de l’État, de licencier en cette période. On l’écoute RCF

YV : Il nous semble nécessaire aujourd’hui que le gouvernement associe à ses aides publiques, une interdiction ferme de licencier, des licenciements secs. On a obtenu, par exemple, à Airbus un accord qui conduira à ce que dans le cadre de l’activité partielle de longue durée, qui est une aide publique à l’entreprise, il n’y aura pas de suppression contrainte d’emploi, il n’y aura pas de licenciement sec. Cela doit être la règle partout où il y a aide publique. J’appelle aussi à ce que l’on contrôle de manière beaucoup plus stricte les licenciements parce que nos unions départementales sont très sollicitées par des salariés isolés qui sont confrontés à des ruptures de contrat de travail dont ils ne comprennent pas la raison.

Les soignants mieux payés d’ici la fin de l’année. Le gouvernement accélère la hausse des salaires. Si une première hausse a déjà eu lieu, la deuxième initialement prévue en mars prochain va avoir lieu dès la fin de l’année, une avancée saluée par Yves Veyrier, le Secrétaire général de FO. Présent en Haute-Loire en fin de semaine, il demande tout de même d’avantage de moyens pour l’hôpital.

YV : C’est une bonne chose que nous ayons obtenu du gouvernement d’accélérer sa mise en œuvre. C’est important aussi parce que dans le contexte actuel, on le voit bien, ceux qui sont à nouveau sous tension ce sont les personnels du secteur de la santé soignants et non-soignants. Il était donc urgent que les agents hospitaliers constatent que la considération qui leur est due est effective. Maintenant, cela ne résout pas le problème des moyens. Il faut que le gouvernement cesse cette politique de restructuration qui conduisait à des fermetures de lits, des fermetures de services et qu’on fasse en sorte d’être en capacité de recruter du personnel dans le secteur de la santé en rendant attractif, non seulement, les salaires mais aussi les conditions de travail.

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Sur le même sujet

Retour de l’Etat d’urgence

Communiqué de FO par Yves Veyrier

L’état d’urgence sanitaire donne à nouveau tout pouvoir au gouvernement pour restreindre de façon stricte la circulation, les réunions de tous ordres. La limitation des libertés individuelles et collectives conduit de fait à entraver sérieusement l’action syndicale, pourtant essentielle tant pour la santé des travailleurs que l’emploi et le pouvoir d’achat.