Yves Veyrier, Secrétaire général de FO : « Il faut redistribuer de la richesse sur les salaires »

:franceinfo le 25 avril 2019 par Yves Veyrier

Invité de Jean-Paul Chapel dans « :l’éco », Yves Veyrier, secrétaire général de Force Ouvrière, est venu parler des annonces d’Emmanuel Macron ainsi que de l’actualité sociale et économique.

D’abord un mot sur l’actualité, le président de Kering François-Henri Pinault a obtenu en assemblée générale des actionnaires une rémunération de 21,8 millions d’euros pour l’année 2018...

Yves Veyrier : C’est choquant. L’OCDE, qui n’est pas un institut réputé pour être marxiste, a expliqué dans des récents rapports, que depuis plusieurs années la redistribution des revenus se faisait beaucoup plus au profit du capital qu’au profit du travail. C’est ce qui explique que le pouvoir d’achat est en berne, que les inégalités s’accroissent. Il faut vraiment revenir sur la question des salaires.

Vous attendez quelque chose sur la question des salaires de la part d’Emmanuel Macron ce soir ?

Yves Veyrier : J’aimerais, je n’y crois guère. Nous avions posé la question de l’augmentation du Smic. Le premier ministre nous a répondu qu’il était plus en faveur de la prime d’activité comme l’avait annoncé le président plutôt que d’augmenter le Smic parce qu’il ne fallait pas augmenter le coût du travail. Et c’est bien le problème, il faut redistribuer de la richesse sur les salaires.

La question AFP : Entre casseurs et loi anti-casseurs, les syndicats doivent-ils trouver d’autres modes d’action que les manifestations ?

Yves Veyrier : Il y a un dossier qui va beaucoup préoccuper les salariés c’est celui de la retraite. Il y a un moyen efficace et simple : on cesse le travail tous ensemble pour ce faire entendre. Si nous ne sommes pas entendus sur la question des retraites on appellera à la grève si c’est nécessaire.

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Sur le même sujet

Discours d’Yves Veyrier

21 Septembre En FOrce pour nos retraites par Yves Veyrier

Le Secrétaire général s’est exprimé devant les 15 000 camarades venus dire Stop à la réforme des retraites.