Communiqué de Force Ouvrière

Chiffres du chômage : une augmentation tous azimuts

, Stéphane Lardy

Recommander cette page

Les derniers chiffres publiés par Pôle emploi concernant le mois de mai sont sans appel :

- Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A augmente de 0.5 % par rapport à la fin avril, soit 16 200 demandeurs d’emploi en plus.

- Au total, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C s’établit à 5 414 200 personnes en France métropolitaine à fin mai 2015 soit une augmentation de 7.9 % sur un an.

Ce mois-ci à nouveau, aucune catégorie de demandeurs d’emploi n’est épargnée par la hausse du chômage qu’il s’agisse des hommes, des femmes, des jeunes ou des moins jeunes.

Par ailleurs l’ancienneté moyenne d’inscription sur les listes de Pôle emploi s’élève désormais à 549 jours parce qu’en mai, il y a eu un peu moins d’entrée (-5,2%) que le mois de précédent mais surtout nettement moins de sortie (les sorties de catégories A, B, C diminuent de 9,5 % en mai).

Ces chiffres confortent l’analyse de Force Ouvrière :

- Non, ce n’est pas en empêchant l’accès des salariés au Conseil des Prud’hommes et en plafonnant les dommages et intérêts que l’on va créer de l’emploi ;

- Non, le Code du travail n’est pas l’ennemi de l’emploi, au contraire !

Face au diktat néolibéral qui ne vise qu’à supprimer des droits aux travailleurs, à baisser les salaires et le coût du travail, FO réaffirme que la lutte contre le chômage et la création d’emploi passe notamment par une politique publique de soutien à l’investissement, aux services publics et que le retour de la croissance passe notamment par un soutien à la consommation qui nécessite une augmentation des salaires, traitements et pensions.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

22 juin 1870

Procès contre la section française de l’Internationale
Le gouvernement de Napoléon III intente un procès contre la section française de l’Internationale considérée comme une société secrète subversive, et qui a joué un rôle déterminant dans l’action revendicative du prolétariat, dans la préparation des rêves et des luttes émancipatrices, dirigées par Varlin, (...)

Le gouvernement de Napoléon III intente un procès contre la section française de l’Internationale considérée comme une société secrète subversive, et qui a joué un rôle déterminant dans l’action revendicative du prolétariat, dans la préparation des rêves et des luttes émancipatrices, dirigées par Varlin, Benoît Malon et Frankel.