Vos questions sur le site

, Site internet Force Ouvrière

Recommander cette page

Vous êtes sur le Site officiel de la Confédération Générale du Travail Force Ouvrière Siège social : 141, avenue du Maine - 75680 PARIS CEDEX 14

Les informations d’actualité sont recueillies et traitées par une équipe de journalistes professionnels, qui réalisent également certains dossiers permanents, sous la responsabilité du Secrétaire confédéral de FO chargé de la presse, Yves Veyrier.

La plupart des dossiers et des autres informations ont été élaborés par les collaborateurs des autres secrétaires confédéraux de Force Ouvrière. Ces informations sont diffusées sous leur responsabilité et la publication est coordonnée par Yves Veyrier.

À qui poser vos questions ?

Sur l’orientation générale et l’action de la CGT-FO :
Jean-Claude Mailly, Secrétaire général de FO

Sur le contenu d’ensemble du site :
Yves Veyrier, Secrétaire confédéral de FO

Sur les informations d’actualité et le contenu rédactionnel :
David Rousset, rédacteur en chef

Sur les aspects techniques et esthétiques du site :
Olivier Le Trouher, webmaster
olt@force-ouvriere-hebdo.fr

A propos de cet article

Sur l’auteur

Site internet Force Ouvrière
Site internet : http://www.force-ouvriere.fr/

En complément

Éphéméride

19 janvier 1946

Crise à la Fédération syndicale mondiale. L’AFL (American Federation of Labor) avait refusé de s’y intégrer, l’accusant d’être le "cheval de Troie" du communisme. Le plan Marshall, ressenti par les communistes de la FSM comme une volonté de colonisation de l’Europe occidentale, le (...)

Crise à la Fédération syndicale mondiale. L’AFL (American Federation of Labor) avait refusé de s’y intégrer, l’accusant d’être le "cheval de Troie" du communisme. Le plan Marshall, ressenti par les communistes de la FSM comme une volonté de colonisation de l’Europe occidentale, le "coup de Prague" et la création par Moscou du Kominform cristallisent les oppositions. Lors de la réunion du Bureau du 19 janvier 1949, les syndicats anglo-américains demandent que la Fédération suspende toute activité pendant un an et se consacre à un travail de réflexion. La majorité du Bureau propose une réunion d’une instance plus vaste ; le CIO et les syndicats anglais et hollandais quittent alors la Fédération, suivis peu après par les centrales des pays nordiques, de la Belgique, de l’Australie, de l’Autriche et de la Suisse.

Bienvenue Dans Le Monde Du Travail - Episode 36

Pourquoi voter aux élections professionnelles de décembre prochain ?