Le Tour du monde - FO Hebdo

TDF 2016 - Et après le Tour, Rio

Recommander cette page

Deux semaines après l’arrivée du Tour sur les Champs-Élysées, la flamme olympique sera allumée à Rio de Janeiro. Pendant les deux semaines de ces Jeux brésiliens, pas moins de dix-huit titres olympiques seront décernés en cyclisme. Présentation des différentes épreuves et des chances françaises.

Route

Comme chaque année à l’occasion des Championnats du monde, hommes et femmes se voient offrir deux occasions de briller, la course en ligne et le contre-la-montre.

Et à Rio, c’est dans le cadre mythique de la plage de Copacabana que les coureurs tenteront de se parer d’or. Une arrivée en bord d’océan, mais un parcours très difficile, qui sinue dans les hauteurs de la ville : ce sont donc les puncheurs et les grimpeurs qui devraient rivaliser sur ce parcours très escarpé. Même le chrono est annoncé très ardu, et donc peu évident pour les purs spécialistes de l’effort, souvent pas très à l’aise quand la pente s’élève.

Côté français, Pauline Ferrand-Prévot, championne du monde en 2014, sera l’une des principales favorites de la course en ligne femmes, même si elle n’est pas la meilleure grimpeuse du lot.

Chez les hommes, Thibaut Pinot, Warren Barguil ou encore Romain Bardet ont fait de cette course olympique l’un de leurs objectifs majeurs de l’année. Mais ils ne sont pas les seuls… Les Bleus avaient en tout cas fait le plein de confiance, il y a un an, lors de la course pré-olympique, disputée sur le même circuit : victoire d’Alexis Vuillermoz, Romain Bardet troisième, Tony Gallopin quatrième et Thibaut Pinot sixième !

4 épreuves
- Samedi 6 août : Course en ligne hommes.
- Dimanche 7 août : Course en ligne femmes
- Mercredi 10 août : Contre-la-montre hommes et femmes


 

Piste



Discipline his­tori­que et em­blématique des Jeux olympiques, le cy­clis­me sur piste a vu son nombre de titres olympiques à décerner se réduire ces dernières années. Mais il reste encore dix médailles d’or dans cinq disciplines différentes (identiques chez les hommes et les femmes) à conquérir, et c’est encore beaucoup… Pour les sprinteurs, il y a la vitesse individuelle, la vitesse par équipes et le toujours spectaculaire keirin, inspiré des courses en anneau dont raffolent les Japonais. Pour les endurants il y a la poursuite par équipes, ainsi que l’omnium, une épreuve récente qui rassemble six spécialités (poursuite individuelle, course aux points, course par élimination, tour lancé, scratch et contre-la-montre), comme pour un décathlon sur piste.

Côté bleus, Rio est l’occasion de ramener le premier titre olympique sur piste depuis Sydney 2000 – presque une hérésie tant la piste fut, longtemps, une grande pourvoyeuse de titres olympiques pour la France. Médaillé d’argent en omnium à Londres, il y a quatre ans, Bryan Coquard est cette fois absent, mais il est avantageusement remplacé par Thomas Boudat, qui a beaucoup d’ambitions, de même que les spécialistes du sprint que sont Grégory Baugé (vitesse individuelle et par équipes) ou François Pervis (vitesse individuelle, keirin). Chez les femmes, en revanche, la relève peine à émerger et Rio arrive sans doute bien trop tôt.

10 épreuves
Jeudi 10 août : Vitesse par équipes hommes
Vendredi 12 août : Poursuite par équipes hommes, Vitesse par équipes femmes
Samedi 13 août : Keirin femmes, Poursuite par équipes femmes
Dimanche 14 août : Vitesse individuelle hommes
Lundi 15 août : Omnium hommes
Mardi 16 août : Keirin hommes, Vitesse individuelle femmes, Omnium femmes


VTT

Apparu aux Jeux olympiques d’Atlanta, en 1996, le VTT s’y est tranquillement fait sa place depuis avec sa discipline majeure, le cross-country, toujours spectaculaire. Le circuit carioca devrait à nouveau offrir une course échevelée, qui pourrait même sourire à quelques spécialistes du cyclo-cross en incluant quelques portions de sable…

Une chose est sûre, il faudra surveiller les Français, aussi bien chez les hommes que chez les femmes ! Champion olympique en 2004 et en 2008, Julien Absalon était passé à côté à Londres, il y a quatre ans, mais il va retenter à Rio un insensé triplé qui refermerait en majesté sa carrière, à 36 ans. Sacrée, elle, en 2012, Julie Bresset s’est depuis un peu perdue, mais elle défendra son titre avec rage. Mais c’est surtout Pauline Ferrand-Prévot, encore elle, championne du monde de VTT en 2015, qui sera la meilleure chance tricolore…

2 épreuves
- Samedi 20 août : Course femmes
- Dimanche 21 août : Course hommes


 

BMX



Discipline spectaculaire et censément « jeune », le BMX est le dernier arrivé du cyclisme dans le grand cirque olympique. Intronisée à Pékin, confirmée à Londres, cette discipline s’installe progressivement dans le paysage olympique avec sa troisième édition à Rio. Le principe est assez simple : installés sur de petits vélos à selle basse, les coureurs s’affrontent six par six sur un très court circuit bosselé et sinueux, pour une course forcément nerveuse, marquée par les dépassements, les chutes et les erreurs de trajectoire. À l’arrivée, les premiers se qualifient pour le tour suivant, et ainsi de suite jusqu’à la finale.

À Pékin, Anne-Caroline Chausson était devenue la première championne olympique de BMX, devançant une autre Française sur le podium, Laëtitia Le Corguillé. Ce sont les deux seules médailles françaises obtenues dans la discipline, les Bleus étant passés collectivement à côté à Londres, voilà quatre ans. Mais Joris Daudet ou Amidou Mir, chez les hommes, et Laëtitia Le Corguillé, Manon Valentino, voire la toute jeune Axelle Étienne, championne du monde juniors en 2015, chez les femmes, seront de vraies chances de médaille dans une épreuve où la réussite et le hasard jouent aussi un rôle capital.

2 épreuves
Vendredi 19 août : Finale hommes, finale femmes

A propos de cet article

En complément

Agenda

Tous les événements à venir

  • Mercredi 18 janvier de 22h20 à 22h25

    L’AFOC sur France 5
    Emission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC : « (...)