Service Public

Finances publiques : les agents de Haute-Loire mécontents et mobilisés

, Valérie Forgeront

Recommander cette page

JPEG - 294.8 ko
Jeudi 5 janvier 2017, pas moins d’une cinquantaine d’agents de la DGFIP se sont mobilisés devant le Centre des finances du Puy-en-Velay, pour dénoncer les 7 nouvelles suppressions de poste pour l’année 2017.

Une cinquantaine d’agents de la DGFIP de Haute-Loire ont participé le 5 janvier à un rassemblement devant le centre des finances publiques du Puy-en-Velay. D’autres ont débrayé pendant une heure dans les trésoreries. Ces personnels s’élèvent contre des suppressions d’emplois chroniques qui mettent désormais en péril la réalisation des missions. Zoom sur une situation départementale qui illustre les difficultés des agents de la DGFIP au plan national.

Une centaine d’emplois ont déjà été supprimés depuis quinze ans et l’hémorragie continue. Il y aura ainsi cette année sept suppressions de postes dans les services des finances publiques (DGFIP) en Haute-Loire indique Jocelyne Limagne la secrétaire départementale de FO-DGFIP.

Le 5 janvier, jour d’un comité technique local (CTL) qui devait valider la suppression de ces postes pour 2017, une cinquantaine d’agents se sont rassemblés à l’appel de trois syndicats dont FO devant le centre du Puy-en-Velay, siège de la DGFIP dans le département. Des débrayages d’une heure étaient effectués par ailleurs sur les autres sites.

Les agents soulignent la difficulté croissante de réaliser les missions dans ces conditions de perte d’effectifs. Des trésoreries rencontrent de plus en plus de difficultés pour assurer l’accueil du public explique Jocelyne Limagne. Parfois, les plages d’accueil doivent être revues à la baisse. Quant aux missions de contrôle comptable (notamment des comptes de collectivités…), elles sont de plus en plus allégées.

Alors que 1815 emplois seront supprimés cette année au plan national dans les services de la DGFIP, dans le département rural de la Haute-Loire qui comptait encore 346 agents au 1er septembre dernier, les personnels protestent contre la fonte chronique des effectifs et des implantations des finances publiques. Il reste aujourd’hui trois centres de gestion fiscale et dix-sept trésoreries explique ainsi Jocelyne Limagne précisant que deux trésoreries viennent de fermer leurs portes au 1er janvier 2017.

Mobilité contrainte ou changement d’affectation

Au plan national, 30 000 emplois ont été supprimés dans le secteur des finances publiques depuis l’an 2000. Si les agents de la DGFIP représentent 5,40% des effectifs de la Fonction publique, ils doivent absorber 57,42% des suppressions d’emplois s’irrite la militante. En Haute-Loire, en remontant seulement à l’année 2014, on enregistre la suppression de onze emplois. En 2015, six emplois avaient été supprimés. Neuf en 2016.

En Haute-Loire encore, le service des Domaines est impacté lui aussi, cela à travers la réforme nationale restructurant l’organisation territoriale de l’activité « évaluation » des biens immobiliers. Ce service particulièrement nécessaire aux collectivités locales a ainsi été réorganisé depuis ce 1er janvier en 59 pôles régionaux. De fait si la Haute-Loire conserve son activité de gestion des biens, elle perd la réalisation de la mission « évaluation ». Celle-ci part en effet à Saint-Etienne (Loire). En conséquence, un poste de catégorie A est supprimé en Haute-Loire. Le collègue concerné va devoir suivre son emploi ou demander une nouvelle affectation hors ce service indique Jocelyne Limagne. Au plan national, 140 agents des Domaines sont impactés par cette réforme explique la militante.