Mobilisation

Jeudi 26 mai - Venir à bout de la loi Travail

, Yves Veyrier

Recommander cette page

Ce jeudi 26 mai sera encore une journée de mobilisation clé contre le projet de Loi travail. A l’appel des syndicats dans l’action depuis début mars, cette journée de manifestation viendra conforter le développement des grèves engagées depuis la semaine dernière. Elle prépare aussi la journée de grève interprofessionnelle et la manifestation nationale à Paris le 14 juin.

70% pour le retrait

Nouveau sondage rendu public mercredi 25 mai et nouveau soutien massif au retrait du projet de loi Travail : un véritable "plébiscite" selon BFM TV, commanditaire du sondage, puisque 70% des personnes interrogées ont répondu en ce sens. 59% d’entre elles renvoient aussi la responsabilité des tensions sur l’exécutif toujours selon ce sondage.

Mais, bien plus important que les sondages, la participation ce jeudi 26 aux manifestations et divers rassemblements et actions sera un facteur déterminant pour venir à bout de la surdité d’un gouvernement de plus en plus isolé, au point même de se prendre la langue dans les lapsus et les contradictions...

Le principe de faveur au centre des débats

D’une certaine façon une première victoire est que plus une personne, pas un commentateur de l’actualité sociale et économique n’ignore que le point central contesté est celui de l’inversion de la hiérarchie des normes ou la suppression du principe de faveur. Cet article 2, qui fait la philosophie du texte que dénonce, depuis le début, la confédération FO.

Tout le monde a compris qu’il s’agissait de livrer les salariés dans les entreprises, et les petites et moyennes entreprises elles-mêmes, à la loi d’une compétitivité s’exerçant sur le coût du travail. L’objectif n’est pas de pouvoir négocier au niveau des entreprises des adaptations permettant d’appliquer dans les meilleurs conditions, voire d’améliorer les droits établis au niveau de la branche, mais de permettre, au prétexte d’accords majoritaires ou par référendum, de faire moins : à commencer par réduire le paiement des heures supplémentairement à 10%, alors que la majoration est aujourd’hui établie à +25% pour les huit premières heures sup par les accords de branche.

Qui prend qui en otage ?

Là est d’ailleurs la logique du chantage ! Celui que ne manqueront pas d’exercer les donneurs d’ordres sur les sous traitants pour obtenir un rabais de coûts.

FO a clairement indiqué qu’elle entendait continuer la mobilisation et appelait à l’amplifier réaffirmant sa « détermination à la fois dans l’action et en réclamant le dialogue ».

Au premier ministre qui a contredit son propre groupe parlementaire, en redisant qu’il était hors de question de retirer la loi ou de revenir sur l’article 2, Jean Claude Mailly a rétorqué qu’il ne fallait pas confondre autorité et autoritarisme.

Les manifestations, grèves, rassemblements... dans les départements

La meilleure réponse sera celle de la participation aux actions, dans un premier temps, ce 26 mai comme à Paris, où la manifestation partira de la place de la Bastille à 14h, à Saintes (Charente Maritime) à 10h devant le Palais de justice, dans les Bouches du Rhône où les syndicats appellent ensemble « toutes leurs structures à prendre toutes initiatives, à convoquer dans toutes les entreprises, administrations, établissements des assemblées de salariés pour discuter et amplifier le mouvement de grève », à Toulouse, où une manifestation partira de Compans-Caffarelli à 14h30, à Lyon où le rendez vous est donné à 13h00 à la Manufacture des Tabacs, ou encore à Lille où ce sera à 14h30 place de Paris, ... à suivre sur le fil #FO26Mai et sur le ici même.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Yves Veyrier

Secrétaire confédéral - Secteur Presse-Communication


Presse/Information/Communication - Internet /Réseaux Sociaux - e-FO - OIT - Droits de l’Homme


Envoyer un message à Yves Veyrier

Site internet : https://twitter.com/yveyrier

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément