Rétrospective - FO Hebdo

L’année sociale en France et dans le monde du 20 janvier au 23 mars 2016

Recommander cette page

20 janvier

L’UGTT a 70 ans

« 70 ans au service du pays », souligne un slogan le mercredi 20 janvier quand l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) souffle ses 70 bougies. La poste tunisienne a émis à cette occasion un timbre en l’honneur du syndicat. Fondée en 1946, la centrale syndicale compte aujourd’hui 750 000 adhérents. En 2015, l’UGTT a reçu le prix Nobel de la paix en tant que membre du quartette du dialogue national chargé de mettre en place les outils de la transition démocratique en Tunisie après la révolution du jasmin.


26 janvier

Les personnels de l’AP-HP contre la réorganisation du temps de travail

JPEG - 1.5 Mo
Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Les personnels de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) poursuivent leur mobilisation contre une réorganisation du temps de travail qui introduit une grande flexibilité. Ils ont manifesté devant le ministère de la Santé pour demander le retrait définitif du plan, qui avait donné lieu à un accord avec la seule CFDT le 27 octobre 2015. FO revendique le maintien de l’organisation du travail en trois équipes fixes et l’embauche de personnel via l’intégration des contractuels, qui représentent 10 % de l’effectif.

En grève, les fonctionnaires se mobilisent pour leurs salaires

JPEG - 438.6 ko
Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

En grève à l’appel de trois syndicats dont FO, les fonctionnaires (plus de 5 millions d’agents) revendiquent notamment une hausse du point d’indice (base de calcul des salaires) dont le gel depuis 2010 a induit un recul de 8 % du pouvoir d’achat. Alors que 150 000 agents manifestent à Paris et en province, le ministère ne prévoit qu’un geste salarial « symbolique ». Effet de la mobilisation, il annoncera le 17 mars une hausse des salaires indiciaires de 1,2 % (+ 0,6 % en juillet et + 0,6 % en février 2017).


4 février

Signature du TPP

Signature le 4 février de l’accord de partenariat transpacifique entre douze pays situés sur les deux rives du Pacifique, dont les États-Unis et le Canada (la Chine et la Corée du Sud en sont exclues). Les pays signataires représentent 40 % du produit intérieur brut mondial. Cet accord de libre-échange prévoit de lever les barrières douanières et des barrières non tarifaires. Ce traité doit encore être ratifié par le Congrès américain, mais sa ratification semble improbable après l’élection de Donald Trump en novembre 2016.


8 février

FO appelle à la renationalisation de l’énergie

La FNEM FO (Énergie et Mines) adresse un devoir d’alerte aux élus de la Nation, estimant nécessaire que ces derniers « sachent que le pays tout entier est menacé à courte échéance par les choix gouvernementaux ». Confortée par les analyses d’économistes de renom (Joseph Stiglitz, Thomas Piketty, Jean-Paul Fitoussi), la fédération FO rappelle que « la nationalisation de nos entreprises n’est pas un dogme », assumant toute accusation de protectionnisme et considérant cette proposition comme pragmatique.


11 février

Inquiétante réorganisation des CPAM

Un chantier de réorganisation des caisses primaires d’Assurance maladie, baptisé Tram, est présenté le 11 février aux organisations syndicales. Ce système de « travail en réseau » prévoit des mutualisations dans de nombreux domaines, des rentes d’accidents du travail au traitement des feuilles de soins. Des « centres » nationaux ou régionaux, déconnectés de leur ancrage départemental, seront créés. Pour FO, ce projet représente un immense danger pour les personnels comme pour les assurés sociaux.


23 mars

L’OIT se prononce pour la révision sans délai de la loi sur la représentativité

Le conseil d’administration de l’Organisation internationale du travail adopte les conclusions de son comité de la liberté syndicale sur la plainte déposée par FO, en 2009, pour dénoncer la non-conformité de la loi sur la représentativité avec la convention 87 de l’OIT sur la liberté syndicale. Ces conclusions donnent raison à FO en épinglant la France sur les règles de désignation du délégué syndical et en invitant le gouvernement à discuter avec les partenaires sociaux de « la révision sans délai de la législation ».