Événements culturels - FO Hebdo

La Belle et la Bête façon cavalière

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

Chantilly - Jusqu’au 3 janvier 2016

À cheval sur le conte de Perrault, Cocteau et le Cadre noir, en moins martial, le spectacle équestre La Belle et la Bête réinvente cavalièrement mais à cœur et à cru la célèbre histoire. Belle se promène près de la Forêt des mystères quand son cheval l’y entraîne... S’ensuit une série de péripéties mises en scène par Virginie Bienaimé, mettant en valeur les prouesses de la race équine et les qualités des cavalières de la troupe équestre du musée du Cheval de Chantilly. Le tout au milieu de décors féériques, comme il se doit pour un conte, et sous un dôme culminant à 28 mètres de haut, perle architecturale de ces grandes écuries du domaine de Chantilly, immense bâtiment du XVIIIe siècle, véritable palais pour ces belles bêtes que sont les chevaux.


Grandes Écuries du Musée vivant du cheval.
Domaine de Chantilly, 7 rue du Connétable 60500 Chantilly.
Durée : environ 1h30. Tous les jours, sauf le vendredi, à 14h30 (et à 16h30 le samedi, le dimanche et pendant les vacances de Noël).
Réservation sur www.domainedechantilly.com.
Tarifs : de 16,50 euros à 21 euros (ou 22 euros et 30 euros avec l’accès au domaine). Tarif réduit : enfants de 3 à 17 ans, étudiants, visiteurs en situation de handicap, demandeurs d’emploi. Sur justificatif.

A propos de cet article

Sur l’auteur

En complément

Éphéméride

28 février 1956

La troisième semaine de congés payés
Les congès payés sont obtenus à la suite des grèves qui paralysent le pays en 1936, entraînant l’ouverture de négociations avec le patronat sous la tutelle du nouveau gouvernement. Fixés à quinze jours à l’origine, les congés payés minimum obligatoires se sont allongés au XXe siècle par l’action (...)

Les congès payés sont obtenus à la suite des grèves qui paralysent le pays en 1936, entraînant l’ouverture de négociations avec le patronat sous la tutelle du nouveau gouvernement.

Fixés à quinze jours à l’origine, les congés payés minimum obligatoires se sont allongés au XXe siècle par l’action législative : de deux semaines en 1936, ils passent à 3 le 28 février 1956, puis à 4 en 1969 et enfin à 5 semaines en 1982.