Idées

Le Nouveau manifeste des économistes atterrés : pour enterrer les « experts »

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

Face au tour de force idéologique attribuant la crise actuelle aux dépenses publiques excessives, à un État social trop généreux et à des entraves à la concurrence sur des marchés jamais assez libéralisés, les « économistes atterrés » sont de retour avec un nouveau manifeste qui dénonce, démonte et propose.

Revoici les « économistes atterrés ». Plus consternés que jamais par les politiques économiques qui prévalent toujours mais pas résignés. Ils reviennent à la charge avec le Nouveau manifeste des économistes atterrés, sorti le 21 janvier dernier. Fin 2010, ils avaient déjà publié un premier manifeste en forme de cri d’alarme : les programmes de réduction budgétaire, lancés par gouvernements et Commission européenne ne concevant qu’un monde financiarisé, ne feront qu’accroître « instabilité économique et inégalités sociales ». Ce qui est chose faite.

Dans ce court ouvrage vendu à plus de 100 000 exemplaires, les auteurs, Philippe Askenazy (CNRS), Thomas Coutrot (Attac), André Orléan (CNRS, EHESS) et Henri Sterdyniak, démontaient également une dizaine de fausses évidences, brandies comme des vérités allant de soi et fondant le discours des experts médiatisés « chantres du néolibéralisme ». De plus, ils proposaient un vingtaine de mesures. Inutile de préciser qu’ils n’ont guère été suivis et cela malgré la signature du manifeste par des centaines d’économistes venus d’horizons différents. Aujourd’hui, les « économistes atterrés » ne peuvent que constater « la poursuite et l’approfondissement des politiques néolibérales » conduisant à des « régressions sans fin ». Dans ce nouvel ouvrage, aussi accessible aux profanes que le premier, ils proposent une quinzaine de chantiers de réflexion visant à une sortie de crise et à l’édification d’une économie qui ne soit pas dédiée à la seule recherche du profit maximal. Ils préconisent une fiscalité plus juste fondée sur les cotisations et une transition écologique non punitive pour les plus modestes. Bref, des solutions autres que celles présentées comme seules possibles existent. Et ils se battent pour les exposer. Economistes atterrés certes, mais pas à terre.

Nouveau manifeste des Economistes atterrés, publié le 21 janvier 2015 aux éditions Les Liens qui Libèrent (LLL), 160 pages.
Prix : environ 10 euros.
Sur le Net : http://www.atterres.org

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément