Communiqué de FO

Les derniers chiffres des demandeurs d’emploi du quinquennat ne sont pas bons !

, Michel Beaugas

Recommander cette page

Les chiffres du nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en mars 2017 viennent d’être publiés : ils confirment la tendance de l’année passée, pas d’inversion de la courbe du chômage. Au total, pour toute la France, DROM incluses et toutes catégories confondues, on recense 6,567 millions de personnes inscrites.

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A (tenus de rechercher un emploi et sans activité) augmente de 1.3% sur un mois ce qui représente 3.508.100 personnes.

Concernant les plus précaires, à savoir les demandeurs d’emploi en activité réduite catégorie B (- 78h travaillées par mois) et catégorie C (+ 78h travaillées par mois) leur nombre diminue sensiblement ce mois-ci, toutefois, le nombre de demandeurs d’emploi dans ces catégories a augmenté de 4.2% sur une année !

On note une stagnation sur un mois de la part des demandeurs d’emploi inscrits de longue durée (plus d’un an) s’établissant à 2.410.500 personnes.

Relevons une légère amélioration sur un mois de 1.1%, et de 5.2% sur un an du chômage chez les jeunes de moins de 25 ans.

C’est pour toutes ces raisons que FORCE OUVRIERE est signataire de la convention d’Assurance Chômage du 14 avril 2017, car elle permet ainsi de mieux sécuriser les trajectoires professionnelles des demandeurs d’emploi les plus précaires et de renforcer leurs formations dans un objectif de retour rapide à un emploi durable et de qualité, c’est-à-dire le CDI.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Michel Beaugas

Secrétaire confédéral - Secteur Emploi - Chômage - Formation


Emploi - Assurance chômage - Formation professionnelle - Travail Temporaire


Envoyer un message à Michel Beaugas

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

18 août 1944

En France, la CGT lance l’ordre de grève générale pour la libération du pays (en accord avec le bureau de la CFTC). Très largement suivie, cette grève contribue à paralyser les forces de l’occupant.