FO Hebdo n°3229 du 8 février 2017 - FO Hebdo

Les salariés des TPE ont massivement boudé l’élection

Recommander cette page

JPEG - 259.7 ko
Avec un taux de participation très bas, l’impact de l’élection TPE sur le calcul de la représentativité sera faible au final. © DENIS ALLARD / REA

Confirmation - Les trois principales organisations syndicales reculent ; FO conserve sa troisième place.
Prolifération - Dans un contexte de défiance, la surabondance des candidatures a favorisé un éparpillement des voix.
Abstention - Un taux de participation ridiculement bas (7,35 %) qui remet en cause la légitimité de ce scrutin sur sigle.

Éditorial, par Jean-Claude Mailly
- Les citoyen(ne)s n’attendent pas obligatoirement des programmes catalogues

Événement 2-3
- TPE : dans un scrutin marqué par la défiance, FO conserve sa troisième place
- Un scrutin boudé par les salariés

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

Actualité 4-5
- Les demandeurs d’emploi invités à se vendre aux enchères
- Bangladesh : 1 600 grévistes licenciés
- FO et la CGT ont déposé leur plainte contre la loi Travail devant l’OIT
- Indonésie : le salaire minimum au cœur du combat syndical
- Responsabilité sociétale des entreprises : un concept flou au service des employeurs ?

Idées 6
- CICE : effet nul sur les salaires

Pratique 7
- Le chiffre de la semaine
- Cassation : vie personnelle et familiale contre nouveaux horaires
- Agenda

Entre militants 8
- Portrait - Il défend l’emploi bec et ongles

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

A propos de cet article

En complément

Éphéméride

24 avril 1915

Début du génocide arménien
Début du génocide arménien, avec l’arrestation et l’assassinat de 600 notables à Constantinople. Les soldats arméniens sous l’uniforme turc sont désarmés, envoyés aux travaux forcés puis fusillés. En un peu plus d’un an, près d’un million (entre 800 000 et 1 250 000) d’Arméniens périssent, soit presque la (...)

Début du génocide arménien, avec l’arrestation et l’assassinat de 600 notables à Constantinople. Les soldats arméniens sous l’uniforme turc sont désarmés, envoyés aux travaux forcés puis fusillés. En un peu plus d’un an, près d’un million (entre 800 000 et 1 250 000) d’Arméniens périssent, soit presque la moitié de la population arménienne ottomane. Les Turcs s’accordent à reconnaître un maximum de 300 000 victimes, mais refusent d’y voir une extermination planifiée et donc un génocide.

Mes droits

Une question ? Une réponse