Santé

Loi travail à Angers : Les hospitaliers en grève en tête du cortège

, Françoise Lambert

Recommander cette page

Les hospitaliers en grève au CHU ont pris hier la tête de la manifestation interprofessionnelle contre la loi Travail à Angers. Le mouvement, qui a commencé aux urgences le 23 mai, s’étend actuellement à d’autres services de l’hôpital.

Les employés des urgences du CHU d’Angers ont entamé aujourd’hui leur onzième jour de grève. Hier, avec leurs collègues des autres services du centre hospitalier universitaire, ils se sont rassemblés sur la place centrale de l’établissement, avant de rejoindre la manifestation interprofessionnelle contre la loi Travail. Ils ont été invités à défiler en tête du cortège.

La même logique à l’œuvre à l’hôpital et dans le projet de loi Travail

« Nous sommes aujourd’hui doublement mobilisés », expose Benjamin Delrue, secrétaire-adjoint du syndicat FO du CHU d’Angers, « C’est la même logique qui est à l’œuvre à l’hôpital et dans le projet de loi Travail, celle de la réduction des coûts salariaux. »

Les agents des urgences, en grève depuis le 23 mai, revendiquent des embauches. Les syndicats FO, CGT et Sud demandent la création d’un poste supplémentaire d’infirmière d’accueil et s’opposent à la suppression d’un poste d’aide soignant décidée par la direction.

Les urgences doivent faire face à une augmentation de l’activité, avec un nombre de passages aux urgences en hausse chaque année.

Les syndicats demandent des effectifs supplémentaires

D’autres services du CHU se sont joints au mouvement hier, notamment le laboratoire de l’hôpital, les soins de suite et de réadaptation et le service ambulances. Dans les deux premiers services, les agents demandent aussi des effectifs supplémentaires.

Quant aux ambulanciers du CHU, ils s’opposent à la mise en place d’un nouveau planning, qui induira des changements radicaux dans le rythme de travail jour/nuit.

Le CHU d’Angers est le premier employeur du département, avec quelque 6 000 salariés. Il a enregistré en 2015 environ 2,5 millions d’excédents.

La mobilisation ne devrait pas faiblir dans les prochains jours. L’ensemble du personnel du centre hospitalier universitaire, en grève hier, s’est prononcé pour une nouvelle journée de mobilisation aux côtés des autres salariés du public et du privé, le jeudi 9 juin.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Françoise Lambert

Journaliste FO Hebdo - Santé - Retraite

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément