Jusqu’au 31 juillet - FO Hebdo

Lyon - Fourvière, la colline inspirée par les nuits

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

Les Nuits de Fourvière, à Lyon, du 21 juin au 31 juillet, perpétuent leur pluridisciplinarité (théâtre, musique, danse, cinéma) en y ajoutant même une pincée de football, Euro obligeant, avec un spectacle sur le légendaire ailier droit brésilien Garrincha.

Comme tous les étés depuis 1946, elles se tiennent au théâtre antique de Fourvière, dans le 5e arrondissement lyonnais, près de la basilique du même nom. Pour communier, il y aura du rock (Offspring, Pixies,...), de la rumba, de la soul, du blues, de l’accordéon, une nuit de musique balkanique, des locomotives hexagonales (William Sheller, Voulzy/Souchon, Zazie, Thomas Dutronc...) et des bals, qui eux, seront gratuits.


Programme sur le Net : www.nuitsdefourviere.com/programme.
Réservation au 04 72 32 00 00 (du lundi au samedi de 10h30 à 17h30). Tarifs : de 15 à 56 euros.

A propos de cet article

Sur l’auteur

En complément

Éphéméride

24 avril 1915

Début du génocide arménien
Début du génocide arménien, avec l’arrestation et l’assassinat de 600 notables à Constantinople. Les soldats arméniens sous l’uniforme turc sont désarmés, envoyés aux travaux forcés puis fusillés. En un peu plus d’un an, près d’un million (entre 800 000 et 1 250 000) d’Arméniens périssent, soit presque la (...)

Début du génocide arménien, avec l’arrestation et l’assassinat de 600 notables à Constantinople. Les soldats arméniens sous l’uniforme turc sont désarmés, envoyés aux travaux forcés puis fusillés. En un peu plus d’un an, près d’un million (entre 800 000 et 1 250 000) d’Arméniens périssent, soit presque la moitié de la population arménienne ottomane. Les Turcs s’accordent à reconnaître un maximum de 300 000 victimes, mais refusent d’y voir une extermination planifiée et donc un génocide.