FO Hebdo n°3213 du 28 septembre 2016 - FO Hebdo

Un nouveau plan d’économies pour le budget de la Sécu

Recommander cette page

JPEG - 407.6 ko
La diminution du déficit de l’Assurance maladie aura des conséquences dramatiques tant pour les personnels que pour les usagers. © Jean-Claude MOSCHETTI / REA

SACRIFICES - Le rétablissement des comptes se fait au prix de mesures drastiques qui touchent les assurés sociaux.
BOULEVERSEMENT - Les personnels de l’Assurance maladie visés par une réorganisation d’ampleur.
PRIVATisaTION - Sans surprise, la Cour des comptes veut augmenter le poids des complémentaires santé.

Éditorial, par Jean-Claude Mailly
- Rester sur notre rôle syndical

Événement 2-3
- Les comptes de la Sécurité sociale se redressent, mais à quel prix ?
- L’Assurance maladie dans la ligne de mire de la Cour des comptes
- Réorganisation : avis de tempête sur les CPAM

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

Actualité 4-5
- Fonctionnaires : les plus modestes peinent à se loger
- Budget 2017 : les entreprises auront de quoi se réjouir
- Autoroutes : les usagers et les collectivités mis à contribution
- Traités commerciaux transatlantiques : rien n’est réglé
- Europe sociale : les propositions floues de la Commission

Idées 6
- Les droits des femmes, parent pauvre des financements

Pratique 7
- Le chiffre de la semaine
- Consommation - Gaz et électricité : Les rattrapages de facturation réduits à quatorze mois
- Agenda

Entre militants 8
- Portrait - Il bataille pour le maintien d’Alstom à Belfort

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

A propos de cet article

En complément

Éphéméride

30 avril 1789

En France, les députés du tiers état de Bretagne, parmi lesquels Le Chapelier, Lanjuinais, Coroller et Defermon, se réunissent à Versailles pour débattre de leur attitude cinq jours avant l’ouverture des [États généraux. C’est l’origine du Club breton auquel s’agrégeront très vite des députés« patriotes (...)

En France, les députés du tiers état de Bretagne, parmi lesquels Le Chapelier, Lanjuinais, Coroller et Defermon, se réunissent à Versailles pour débattre de leur attitude cinq jours avant l’ouverture des [États généraux. C’est l’origine du Club breton auquel s’agrégeront très vite des députés« patriotes »venus d’autres provinces : Mounier et Robespierre parmi les premiers, Mirabeau, Sieyès, Barnave, Pétion, Grégoire, les Lameth, Rœderer et Buzot assez vite. Le petit groupe parlementaire prendra en quelques mois une influence croissante au sein de la gauche et deviendra le Club des Jacobins en eménageant dans un nouveau local à Paris. Son nom officiel : la société des amis de la Constitution.

Mes droits

Une question ? Une réponse