Emploi et Salaires

Chômage : en hausse, toujours

, Valérie Forgeront

Recommander cette page

Communiqués ce 26 avril par le ministère du Travail, les chiffres du chômage pour le mois de mars qui affichent notamment une hausse de 1.3% du nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) inscrits à Pôle emploi « ne sont pas bons ». Ils « confirment la tendance de l’année passée » c’est-à-dire l’absence d’inversion de la courbe du chômage analyse la confédération FO. Exposé des chiffres.

Avec notamment 43 700 personnes de plus sans activité en mars en France métropolitaine soit une hausse de 1.3% sur un mois (+1.2 en comptant l’outre-mer), le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A s’établit au total à 3.77 millions de personnes (métropole et outre-mer) indiquent les statistiques mensuelles de Pôle emploi et de la Dares (ministère du Travail).

Si le nombre de chômeurs rattachés à cette catégorie a diminué de 0.9% sur un an, la hausse du nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A enregistrée sur les trois derniers mois (+1.2%) marque cependant une tendance contraire à l’embellie attendue.

Dans cette catégorie le chômage des jeunes de moins de 25 ans augmente de 1.2% en un mois et de 0.8% sur trois mois ternissant ainsi la baisse enregistrée sur un an. Le nombre de personnes de 50 ans ou plus inscrites dans cette catégorie continue lui de grimper. Ce nombre augmente ainsi de 1.1% en un mois, de 1.7% sur trois mois et plus largement de 3.7% sur un an. Le nombre de demandeurs d’emploi, femmes, âgées de plus de 50 ans augmente lui de 5.3% sur un an.

Pôle emploi : 6.57 millions d’inscrits

En comptant les catégories B (activité réduite de moins de 78 heures dans le mois) et C (activité réduite de plus de 78 heures dans le mois), le nombre de demandeurs d’emploi (catégories A+B+C) s’établit à plus de 5.80 millions de personnes. Ce nombre en légère baisse (-0.2%) sur un mois est en revanche en hausse sur trois mois (+0.7%) et aussi sur un an (+0.8).

En tenant compte de toutes les catégories de demandeurs d’emploi (de A à D) on comptabilise 6.57 millions de personnes inscrites à Pôle emploi en ce mois de mars.

Le nombre de chômeurs appartenant aux catégories d’activité réduite B et C est certes en baisse de 2.7% en mars et de 0.1% sur trois mois mais en revanche affirme une augmentation de 4.2% sur un an. Dans ces catégories B et C le nombre de demandeurs d’emplois âgés de 50 ans ou plus augmente lui de 10.3% sur un an.

De janvier à mars, sur les quelques 562 000 personnes qui se sont inscrites à Pôle emploi dans les catégories A, B ou C, plus de 105 000 l’ont fait à l’issue d’une fin d’un contrat à durée déterminée. Ce motif pèse pour 19.5% (en baisse de 0.2% sur trois mois) dans ces inscriptions.

Des motifs d’entrée en évolution

Sur cette même période, l’inscription à Pôle emploi à l’issue d’une mission d’intérim (29 400 personnes) représente 5.5 % des motifs d’inscription, en augmentation de 3.5% sur trois mois et de 3.9% sur un an.

Les inscriptions à l’issue d’un licenciement économique (12 700 personnes en trois mois) ont elles enregistré un recul de 3.8%. Les inscriptions pour d’autres formes de licenciement (38 200 personnes) pèsent 7.1% dans les motifs d’inscription, en baisse de 2.1% sur trois mois.

De janvier à mars, les inscriptions pour « reprise d’activité », concept qui englobe de manière large et fort subtilement les fins de formation, de maladie ou de maternité ou la recherche d’emploi après une période d’inactivité a représenté -avec 100 600 personnes- 18.7% des motifs d’inscription, en hausse de 4.1% sur trois mois ou plus largement… De 114% sur un an.

Pas forcément d’emploi à la sortie…

Du côté des sorties de Pôle emploi et plus précisément des catégories A, B et C, la reprise d’emploi déclarée (105 200 personnes) pèse pour 20.2% dans les motifs de sortie entre janvier et mars 2017, en hausse de 0.4% sur trois mois et de 4.4% sur un an. Sur ces trois derniers mois, l’entrée en stage (66 200 personnes) est un motif de sortie qui représente à lui seul 12.7% de ces motifs, en baisse de 25% sur trois mois mais en hausse de 36.5% sur un an.

Sur les trois derniers mois encore, les cessations d’inscription pour défaut d’actualisation (208 300 personnes) ont représenté 40% des motifs. Les radiations administratives (50 800 personnes sur trois mois) pèsent elles 9.8% dans les motifs de sortie de Pôle emploi, en hausse de 12.1% sur un an.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Valérie Forgeront

Journaliste à FO Hebdo

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément