Emploi

FO appelle à la nationalisation du chantier naval STX de Saint-Nazaire

, Clarisse Josselin

Recommander cette page

JPEG - 2.6 Mo
L’Harmony of the Seas est actuellement le plus grand paquebot au monde, sorti des chantiers STX France en mai 2016. Photo de kees torn (Harmony of the Seas) [CC BY-SA 2.0], via Wikimedia Commons

Le groupe coréen STX, actionnaire majoritaire du chantier naval de Saint-Nazaire, est au bord de la faillite. Il a jusqu’au 9 septembre pour présenter son plan de sauvetage à la justice de Séoul. Selon la presse coréenne, il serait en train d’organiser la vente de STX France. FO tire la sonnette d’alarme et en appelle à l’État.

Le carnet de commandes du chantier naval STX de Saint-Nazaire a beau être plein jusqu’en 2023, les salariés sont terriblement inquiets. La maison-mère, le groupe coréen STX Offshore and Shipbuilding, qui possède les deux tiers du site, a jusqu’au 9 septembre pour présenter un plan de sauvetage crédible à la justice. Placé en redressement judiciaire en juin dernier, il risque la mise en liquidation.

Selon le site d’information Business Korea, le groupe, lourdement endetté, aurait été autorisé par la justice à mettre en vente STX France, dont l’État français est également actionnaire à hauteur de 33,3 %. Il devrait nommer d’ici à la fin du mois d’août un spécialiste de la fusion-acquisition pour gérer l’opération.

Des savoirs-faire convoités

« C’est la troisième fois que nous sommes mis en vente en trois ans, explique Nathalie Durand-Prinbrogne, déléguée FO au chantier naval de Saint-Nazaire. Mais de plus en plus de créanciers se manifestent auprès de STX Corée, il lui faut des liquidités. Le groupe sera peut-être moins regardant que précédemment sur les propositions et pourrait favoriser une vente rapide, quel que soit le repreneur. »

Plusieurs noms d’acquéreurs potentiels circulent, notamment une entreprise chinoise. « Nos savoirs-faire sont convoités, s’alarme la déléguée FO. Les repreneurs potentiels pourraient être tentés par des transferts de technologie qui condamneraient à terme les chantiers navals français. »

Un droit de regard de l’État

Le chantier naval, fleuron économique de la région, a le vent en poupe. En mai dernier, il avait livré l’Harmony of the seas, le plus gros paquebot du monde. En quatre ans, les effectifs sont passés de 2000 à 2500 salariés. L’armateur américain RCCL a notamment signé au printemps pour trois paquebots, représentant 22 millions d’heures de travail et 2 milliards et demis d’euros.

En tant qu’actionnaire minoritaire, le gouvernement a un droit de regard sur tout changement d’actionnaire et une minorité de blocage. « Mais il ne peut pas tout refuser, ou c’est à lui de trouver un repreneur », poursuit Nathalie Durand-Prinborgne.

FO demande à être reçue par Manuel Valls

La section syndicale FO du chantier naval, avec l’union départementale de Loire-Atlantique et le syndicat de la métallurgie de Saint-Nazaire, exigent une « intervention urgente » de l’État pour assurer la pérennité du site et de tous les emplois.

Dans un courrier qui devait être adressé le 25 août au Premier ministre Manuel Valls, ils demandent la nationalisation ou, à défaut, une prise d’actionnariat majoritaire pour garantir l’avenir du chantier naval. Ils souhaitent également la mise en place d’« une véritable politique industrielle permettant de maintenir le niveau de commandes actuel ». Ils demandent à être reçus dans les meilleurs délais.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Agenda

Tous les événements à venir

  • Lundi 20 février de 08h00 à 08h30

    Public Sénat et Sud Radio
    Jean-Claude Mailly sera l’invité de l’émission « Territoires d’Infos », en direct sur Public Sénat et (...)
  • Lundi 20 février de 10h45 à 10h50

    L’AFOC sur France 3
    Emission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC : « (...)
  • Lundi 20 février de 13h45 à 13h50

    L’AFOC sur France 2
    Emission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC : « (...)