Portrait - FO Hebdo

Le syndicalisme comme passion

, Clarisse Josselin

Recommander cette page

Patrice Saint-Dizier, 46 ans, est cariste depuis 1993 à la base logistique Intermarché (ITM LAI) de Saint-Dié-des-Vosges et militant FO depuis 2000. Lors des dernières élections, le syndicat a remporté tous les sièges de titulaires au CE et quatre sur cinq pour les DP, une première.

Avec 82 % des voix dans le collège employés et 67 % au niveau global, le syndicat FO a enregistré le 27 janvier son meilleur résultat, depuis sa création, sur ce site qui emploie deux cents salariés et trente intérimaires. Des salariés sont venus nous dire On a gagné !, je n’avais jamais vu ça et ça met du baume au cœur, se réjouit Patrice Saint-Dizier, secrétaire du CE depuis dix ans.

Il explique cette belle victoire par le travail de terrain de tous les élus et sympathisants. Toute l’équipe booste dans le même sens, les nouveaux éluæs ont déjà fait le stage découverte FO, ils savent dans quoi ils mettent les pieds, poursuit-il. Il insiste aussi sur la constance des revendications du syndicat depuis dix-sept ans, une information permanente des salariés (affiches et tracts) et la défense de leurs droits et conditions de travail.

S’investir dans la défense du collectif

120

C’est le nombre de points de vente approvisionnés par la base de frais ITM de Saint-Dié.

L’annonce du risque de délocalisation de la base l’an dernier a créé un déclic, estime Patrice. Les salariés se sont rendu compte que nous étions à leurs côtés pour les défendre et qu’il fallait se bouger face à une direction qui tuera nos emplois si le site est délocalisé à 200 km.

Patrice avait d’abord milité à la CFDT, comme son père. Après une grève décevante il adhère à FO, dont les valeurs d’indépendance lui conviennent. Le délégué local étant parti en 2000, il remonte le syndicat. Aujourd’hui il est aussi juge aux prud’hommes et exerce d’autres mandats syndicaux. Je vois le syndicalisme comme une passion, j’ai envie de m’investir dans la défense des droits des travailleurs et du collectif, s’enthousiasme-t-il.