Événement - FO Hebdo

« Rester nous-mêmes », la priorité du CCN

, Evelyne Salamero

Recommander cette page

JPEG - 436.5 ko
Les délégués du CCN ont souligné la nécessité de rester mobilisés face à un avenir incertain. Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

À moins de trois semaines du premier tour de l’élection présidentielle, et moins d’une semaine après les résultats de la représentativité syndicale : les 6 et 7 avril, le Comité confédéral national de FO s’est réuni à Paris.

La période est inédite et inquiétante. La démocratie est déliquescente. Il importe donc de rester nous-mêmes. Nous ne donnerons aucune consigne de vote, ni directe, ni indirecte, que ce soit au premier ou au second tour., a notamment déclaré le secrétaire général, Jean-Claude Mailly, durant le CCN.

De nombreux intervenants ont souligné la nécessité de rester mobilisés face aux attaques présentes et à venir, à l’instar de Serge Legagnoa (Employés et cadres) : Quand on entend les propos des candidats sur la Sécurité sociale, il est clair qu’il nous faut rester droits dans nos bottes, prêts à nous mobiliser pour défendre notre sécurité sociale.

Jean-Claude Mailly a souligné qu’effectivement, il faut rester l’arme au pied. Le rapport de forces est amené à s’intensifier, quel que soit le président élu.

La résolution générale, adoptée à l’issue des travaux (moins deux voix contre), se conclut par un mandat à la commission exécutive et au bureau confédéral pour prendre toutes les dispositions et initiatives qu’exigerait la situation dans les mois à venir, y compris pendant l’été. Le CCN demande à toutes ses organisations, à tous ses militants, à tous ses syndiqués de rester particulièrement vigilants et mobilisés.

Un 1er Mai strictement syndical

Refusant de participer à un 1er Mai donnant directement ou indirectement une consigne de vote, qui plus est entre les deux tours de l’élection, les responsables FO ont réaffirmé leur volonté de rester sur le terrain strictement syndical. Nous luttons contre le racisme et la xénophobie en permanence depuis toujours, pas une fois tous les cinq ans. Nous n’avons de leçons à recevoir de personne, a ainsi déclaré Gabriel Gaudy (Paris), expliquant : Nous avons refusé de discuter de la préparation du 1er Mai avec ceux qui ont accepté le pacte de responsabilité, la loi Travail, la loi Macron, la loi Rebsamen… 

Autre point d’actualité qui a nourri la discussion : l’appréciation de l’accord sur l’Assurance chômage. Il aurait été très dangereux de laisser le sort de l’Assurance chômage entre les mains du prochain gouvernement, a expliqué Franck Bergamini (Bouches-du-Rhône). Un point de vue partagé par la quasi-totalité du CCN. Patrick Hébert (Loire-Atlantique) a notamment souligné : Même si c’est un point d’appui fragile, tant qu’on peut maintenir une certaine forme de paritarisme contre l’étatisme, il faut le faire.

Les responsables FO ont également discuté dans le détail des résultats de la représentativité, soulignant la nécessité de multiplier les nouvelles implantations. Sans abandonner nos revendications, il faut faire de notre développement la priorité, a ainsi souligné Frédéric Homez (Métallurgie). La représentativité est un outil pour aller au rapport de forces, a déclaré Hubert Raguin (Enseignement, culture et formation professionnelle).

Des résultats encourageants ont d’ores et déjà été annoncés. Pascal Lagrue (Rhône) a ainsi fait état de plusieurs nouvelles implantations au cours des derniers mois dans les secteurs de la chimie, la pharmacie et la métallurgie, ainsi que Michel Le Roc’h (Loire-Atlantique) qui a en particulier évoqué une nouvelle implantation dans la raffinerie de Donges, la deuxième de France. 

Voir en ligne : Photographies du CCN des 6 & 7 avril 2017

A propos de cet article

Sur l’auteur

Evelyne Salamero

Journaliste - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Éphéméride

28 mai 1871

L’assassinat d’Eugène Varlin
Louise Michel décrit l’assassinat par les Versaillais d’Eugène Varlin qui est resté dans l’histoire du mouvement ouvrier, comme elle-même, le symbole du soulèvement populaire. « La Commune était morte, ensevelissant avec elle des milliers de héros inconnus. Ce dernier coup de canon à double charge (...)

Louise Michel décrit l’assassinat par les Versaillais d’Eugène Varlin qui est resté dans l’histoire du mouvement ouvrier, comme elle-même, le symbole du soulèvement populaire. 
« La Commune était morte, ensevelissant avec elle des milliers de héros inconnus. Ce dernier coup de canon à double charge énorme et lourd ! Nous sentions bien que c’était la fin ; mais tenaces comme on l’est dans la défaite, nous n’en convenions pas...
Ce même dimanche 28 mai, le maréchal Mac-Mahon fit afficher dans Paris désert : “Habitants de Paris, l’armée de la France est venue vous sauver ! Paris est délivré, nos soldats ont enlevé en quatre heures les dernières positions occupées par les insurgés. Aujourd’hui la lutte est terminée, l’ordre, le travail, la sécurité vont renaître”. Ce dimanche-là, du côté dela rue de Lafayette, fut arrêté Varlin : on lui lia les mains et son nom ayant attiré l’attention, il se trouva bientôt entouré par la foule étrange des mauvais jours. On le mit au milieu d’un piquet de soldats pour le conduire à la butte qui était l’abattoir. La foule grossissait, non pas celle que nous connaissions : houleuse, impressionnable, généreuse, mais la foule des défaites qui vient acclamer les vainqueurs et insulter les vaincus, la foule du vae victis éternel. La Commune était à terre, cette foule, elle, aidait aux égorgements. On allait d’abord fusiller Varlin près d’un mur, au pied des buttes, mais une voix s’écria : “il faut le promener encore” ; d’autres criaient : “allons rue des Rosiers”.
Les soldats et l’officier obéirent ; Varlin, toujours les mains liées, gravit les buttes, sous l’insulte, les cris, les coups ; il y avait environ deux mille de ces misérables ; il marchait sans faiblir, la tête haute, le fusil d’un soldat partit sans commandement et termina son supplice, les autres suivirent. Les soldats se précipitèrent pour l’achever, il était mort. Tout le Paris réactionnaire et badaud, celui qui se cache aux heures terribles, n’ayant plus rien à craindre vint voir le cadavre de Varlin. Mac Mahon, secouant sans cesse les huit cents et quelques cadavres qu’avait fait la Commune, légalisait aux yeux des aveugles la terreur et la mort. Vinoy, Ladmirault, Douay, Clinchamps, dirigeaient l’abattoir écartelant Paris, dit Lissagaray, à quatre commandements.
Combien eût été plus beau le bûcher qui, vivants, nous eût ensevelis, que cet immense charnier ! Combien de cendres semées aux quatre vents pour la liberté eussent moins terrifié les populations, que ces boucheries humaines ! Il fallait aux vieillards de Versailles ce bain de sang pour réchauffer leurs vieux corps tremblants. »

Mes droits

Une question ? Une réponse