FO Hebdo n°3236 du 29 mars 2017 - FO Hebdo

34 % des salariés se disent victimes de discriminations

Recommander cette page

JPEG - 593.1 ko
 

Variété - L’origine, l’âge, le genre et l’état de santé sont les principaux motifs de ségrégation.
Indifférence - L’OIT et le Défenseur des droits s’inquiètent de la persistance du phénomène.
Inefficacité - L’évaluation des actions de prévention éventuellement menées par les entreprises est très aléatoire.

Éditorial, par Jean-Claude Mailly
- Détermination, résistance et sang-froid

Événement 2-3
- Égalité réelle au travail : il y a encore du boulot
- Le travail, terrain privilégié des discriminations

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

Actualité 4-5
- Les bibliothécaires appelés à se mobiliser contre les mesures d’austérité
- Paris 2024 : signature d’une charte sociale
- Pouvoir d’achat : les retraités dans la rue le 30 mars
- Dumping social : mobilisation en Belgique
- Services publics de proximité : une cote d’amour au plus haut

Idées 6
- Geoffrey Le Guilcher, journaliste d’investigation : « Les salariés des abattoirs arrivent cassés à la retraite »

Pratique 7
- Le chiffre de la semaine
- Le sel n’a plus bonne mine : la tension monte

Entre militants 8
- Portrait - Le syndicalisme comme passion

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

A propos de cet article

En complément

Éphéméride

22 juin 1870

Procès contre la section française de l’Internationale
Le gouvernement de Napoléon III intente un procès contre la section française de l’Internationale considérée comme une société secrète subversive, et qui a joué un rôle déterminant dans l’action revendicative du prolétariat, dans la préparation des rêves et des luttes émancipatrices, dirigées par Varlin, (...)

Le gouvernement de Napoléon III intente un procès contre la section française de l’Internationale considérée comme une société secrète subversive, et qui a joué un rôle déterminant dans l’action revendicative du prolétariat, dans la préparation des rêves et des luttes émancipatrices, dirigées par Varlin, Benoît Malon et Frankel.