Portrait - FO Hebdo

CNAV : « Nous ne lâcherons rien »

, Françoise Lambert

Recommander cette page

Sonia se bat quotidiennement à la Caisse nationale d’Assurance vieillesse contre la dégradation des conditions de travail et du service rendu aux assurés.

À 35 ans, Sonia Sabatino est déléguée syndicale centrale FO à la Caisse nationale d’Assurance vieillesse (CNAV). Gestionnaire de paie depuis son entrée à la CNAV en 2004, elle se consacre entièrement à la défense des salariés depuis l’année dernière. Nous avons du pain sur la planche, nous ne lâcherons rien, lance-t-elle.

Un déficit en effectifs

3 500

C’est le nombre de salariés qui travaillent à la Caisse nationale d’Assurance vieillesse.

Depuis février, les agents sont mobilisés contre un déficit en effectifs qui entraîne une dégradation des conditions de travail. Ils revendiquent des embauches et une hausse des salaires. Ils s’opposent aussi, depuis début mars, à la dénonciation des horaires variables.

Entrée à FO en 2011 grâce à une rencontre humaine, Sonia a vite été confortée dans son choix, car Force Ouvrière est la seule organisation qui pratique une indépendance politique. Elle a été représentante au CHSCT et élue au comité d’entreprise, avant de devenir déléguée syndicale il y a trois ans.

Les mouvements de grève sont plutôt rares à la CNAV, la situation est vraiment dégradée, souligne Sonia. Rien que dans son service, en une dizaine d’années, les effectifs ont fondu, passant de 40 techniciens à une petite quinzaine.

Après la mobilisation du personnel sur l’ensemble des sites à Tours et en Île-de-France le 30 mars, le combat continue, nous ne lâcherons rien, explique-t-elle.