Assurance-chômage

FO mobilisé pour préserver le régime des intermittents

, Clarisse Josselin

Recommander cette page

JPEG - 114.1 ko
Franck Guilbert, secrétaire général du syndicat des artistes SNLA-FO, intervenant devant le ministère du Travail le 25 avril

La fédération Fasap-FO a appelé les artistes et les techniciens à manifester le 25 avril devant le ministère du Travail. Ils sont venus soutenir la délégation participant à ce qui devait être l’ultime séance de négociation du régime d’assurance-chômage des intermittents du spectacle. Aucun accord n’ayant été trouvé après quatorze heures de négociations, une nouvelle séance est programmée le 27 avril.

La fédération Fasap-FO a appelé les artistes et les techniciens à manifester le 25 avril devant le ministère du Travail. Ils sont venus soutenir la délégation participant à ce qui devait être l’ultime séance de négociation du régime d’assurance-chômage des intermittents du spectacle. Aucun accord n’ayant été trouvé après quatorze heures de négociations, une nouvelle séance est programmée le 27 avril.

Les intermittents bénéficient de règles d’indemnisation spécifiques, régies par les annexes 8 et 10 de la convention Unedic. Elles sont négociées pour la première fois par les organisations de salariés et d’employeurs représentatives du secteur, dans le cadre de la loi Dialogue social d’août 2015, qui prévoit cependant une enveloppe financière.

Le projet actuel est défavorable aux salariés

Le 24 mars, le Medef et trois syndicats minoritaires dans le spectacle (CFDT, CFTC et CFE-CGC) se sont mis d’accord sur 185 millions d’euros d’économies en année pleine d’ici à 2018, avec un soutien financier de l’État à hauteur de 80 millions. La confédération FO avait refusé de signer ce texte, estimant que les efforts financiers avaient déjà été faits dans la convention de 2014. En outre, l’appel au soutien financier de l’État est selon FO dangereux pour le paritarisme car lui donnant ainsi le prétexte intervenir dans la gestion de l’assurance-chômage.

Pour la délégation FO et l’ensemble du collège salarié, le projet présenté est déséquilibré en défaveur des salariés. La Fasap-FO n’acceptera pas de dégradation de leurs conditions d’indemnisation chômage. Comme les autres fédérations syndicales, elle attend toujours des éléments chiffrés complémentaires de la part du « comité d’experts » pour connaître les impacts de différentes mesures.

Selon la lettre de cadrage, l’accord doit être remis au plus tard le 28 avril aux organisations interprofessionnelles.