Métallurgie

GM&S : un mois de plus pour sauver l’entreprise

, Evelyne Salamero

Recommander cette page

Le Tribunal de commerce de Poitiers a prolongé jusqu’au 30 juin la période d’observation de l’usine GM&S de La Souterraine. A cette date, il devra trancher entre la poursuite de l’activité ou la liquidation. Cette période, qui devait initialement s’achever le 23 mai, est destinée à permettre à d’éventuels repreneurs de se manifester et à examiner la viabilité de leurs offres.

Les salariés de GM&S mobilisés depuis plusieurs mois pour sauver leur entreprise et et leurs emplois ont marqué des points.

Le renouvellement de la période d’observation peut être justifié pour une courte durée permettant de favoriser la finalisation et l’examen d’une ou plusieurs offres de reprise […] sous la condition du redémarrage de la production aujourd’hui arrêtée, qui seule permettra de générer les liquidités nécessaires à la marche courante de l’entreprise, a jugé le tribunal de commerce de Poitiers ce mercredi 24 mai.

Outre le groupe stéphanois GMD (Groupe mécanique découpage) qui avait transmis une lettre d’intention pour la reprise de l’usine GM&S, un deuxième repreneur éventuel, un entrepreneur franco-suisse, s’est manifesté tout récemment.

Reprise du travail lundi 29 mai

De leur côté, les deux principaux donneurs d’ordre de GM&S, à savoir PSA et Renault, ont consenti le 21 mai à augmenter le volume de leurs commandes, respectivement de 10 à 12 millions d’euros et de 5 à 10 millions. On est sur la bonne route, ce n’est pas définitivement réglé, a réagi à cette annonce le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly.

De fait, Il faudrait un volume de commandes de 40 millions d’euros pour sauver la totalité des emplois.

Ayant pris acte de l’effort fait, bien qu’insuffisant, et du sursis accordé par le tribunal pour sauver l’usine, explique David Gunther, délégué syndical FO, les salariés, qui occupaient l’usine depuis le 11 mai, se sont réunis en Assemblée générale à l’appel de FO et de la CGT ce 24 mai dans la foulée du rendu de jugement et ont voté la reprise du travail pour le lundi 29 mai.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Evelyne Salamero

Journaliste - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément