Décès de Marc Blondel : « Les militants se sentent orphelins », dit Jean-Claude Mailly

Jean-Claude Mailly - Vidéos

« De la douleur ». C’est le sentiment partagé ce lundi 17 mars par les militants de Force Ouvrière à l’annonce du décès de Marc Blondel, leur ancien secrétaire général (1989-2004). « J’ai travaillé très étroitement avec lui pendant 19 ans. Il a marqué profondément son organisation, Force ouvrière, et plus largement le mouvement syndical français et international », estime Jean-Claude Mailly, son successeur.

« Les militants et les militantes sont particulièrement peinés aujourd’hui, ajoute-t-il. Il disait que j’étais son fils spirituel et moi je disais qu’il était mon père spirituel donc nous étions très liés sur le plan militant et sur le plan de l’affection ». Plus qu’un leader, c’est un proche qu’ont perdu de nombreux syndicalistes, aujourd’hui.

« Bien sûr que les militants se sentent orphelins », affirme Jean-Claude Mailly. Le secrétaire général de la FO annonce qu’un hommage sera "bien entendu" organisé prochainement.

 Voir en ligne  : Réaction de Jean-Claude Mailly sur RTL

Sur le même sujet

Décès de Marc Blondel, ex-leader de FO

Marc Blondel - Vidéos

L’ex-secrétaire général de Force Ouvrière est décédé. Surnommé « le général », Marc Blondel avait passé quinze ans à la tête du syndicat. Cette personnalité de la vie sociale française, ardent défenseur de la laïcité, s’était illustré en 1995 contre la réforme de la sécurité sociale menée par Alain Juppé.

Interventions et interviews de Marc Blondel

Marc Blondel - Vidéos

Diffusé lors du congrès Force Ouvrière de 2004, ce film comprend de nombreuses intervention et interview de Marc Blondel, décédé ce dimanche 16 mars 2014. Un film de Jean-Philippe Chalvet

Sommaire du supplément à FO Hebdo n°3110 du 20 mars 2014

Toute l’actualité

Page III « Salut à toi, Marc, Tu as porté haut les couleurs de la CGT-Force Ouvrière. Tu as contribué à ce que les militantes et les militants soient fiers de leur organisation. Tu as défendu bec et ongles la liberté et l’indépendance, pour le syndicat comme pour toi-même. Tu n’as laissé personne (...)