Régions XXL, République XXS

Service Public par Pascal Pavageau

Deux projets de loi présentés ce jour en conseil des ministres finalisent l’acte III de décentralisation et la « réforme territoriale » que Force Ouvrière condamne.

Fusions des Régions, suppressions des Conseils généraux, regroupements forcés des communes en intercommunalités à plus de 20 000 habitants, métropolisation imposée : associée à la réduction drastique des services et des missions de l’État au niveau départemental, cette contre-réforme conduit à l’éloignement de la puissance publique, à la désertification des services publics relégués à d’immenses régions-provinces, à des suppressions d’effectifs publics du fait des mutualisations-fusions, et à des mobilités forcées pour plus de 400 000 agents (État et territoriaux).

L’objectif est de donner l’illusion d’économies et surtout de répondre aux injonctions européennes.

Pendant deux siècles, la République, une et indivisible, a concilié l’unité de l’État et l’exercice de la démocratie locale, dans le respect de l’égalité de droits. Le choix de Régions aux tailles cohérentes et humaines intégrait ces principes. Y compris parce que « plus c’est grand, plus c’est communautariste et identitaire ». En 48 heures d’arbitrages en catimini, sans concertation ni du Parlement, ni des exécutifs concernés, en privilégiant des intérêts particuliers et politiques, le Président de la République réorganise, seul, la République. De plus, le gouvernement impose son nouveau puzzle selon une procédure parlementaire accélérée.

Force Ouvrière s’oppose à cette « République des territoires » et à l’instauration de droits différents selon les régions ou les métropoles.

Cette logique va entrainer un accroissement des inégalités et conduire à des zones sans droit ni contrôle. Elle remet en cause l’indivisibilité, la cohérence, la lisibilité, l’unicité et, du coup, l’égalité républicaine, c’est-à-dire l’égalité de droit.

Avec la MAP et cette « déforme territoriale », le gouvernement n’a toujours pas débattu du rôle et des missions du service public, malgré son engagement pris à la « conférence sociale » de 2013.

Force Ouvrière s’oppose à une République XXS, balkanisée en une fédération de Régions XXL.

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Plafonnement des indemnités prud’homales : le Comité Européen des Droits Sociaux donne raison à FO !

Communiqués de FO par Branislav Rugani, Patricia Drevon, Secteur Europe - International, Secteur juridique

Suite à la réclamation collective déposée par FO en 2018, le Comité européen des droits sociaux (CEDS) a enfin rendu sa décision, comme l’a révélé Le Monde vendredi dernier. Il a reconnu que le plafonnement des indemnités prud’homales violait l’article 24 de la Charte sociale européenne (droit à une indemnité adéquate ou à une réparation appropriée).