Aigle Azur : Les salariés ne doivent pas payer la casse !

Emploi et Salaires par FEETS FO

Les salariés de la compagnie Aigle Azur devant le ministère des Transports, lundi 9 septembre 2019. Ils manifestent dans l’espoir de la reprise de leur société en redressement judiciaire. Photos : F. Blanc

Communiqué de la FEETS-FO

Le tribunal de commerce d’Evry a prononcé hier la liquidation de la 2e compagnie aérienne française : Aigle Azur. Plus de 1 000 emplois sont en péril dont 700 en France. L’annonce par la Présidente du tribunal d’un passif de 148 millions d’euros, soit l’équivalent de la moitié du chiffre d’affaires annuel de la compagnie en 2018, doit interpeller tous ceux en responsabilité dans le secteur notamment les pouvoirs publics.

Pour la FEETS FO, cela conforte nos craintes exprimées les jours précédents et confirme l’action menée par nos représentants au sein de la compagnie qui n’ont eu de cesse d’agir pour mettre en œuvre les moyens d’alerte. A ce titre, la FEETS FO se réserve la possibilité d’agir par tous moyens pour que toute lumière soit faite sur cette déroute.

L’urgence, aujourd’hui, est pour les salariés, la conservation de leur emploi. A ce titre, les différents épisodes judiciaires, ont démontré la nécessité de valider la réalité des offres de reprise. Trop de « boursicoteurs » se positionnent dans le secteur du transport aérien aux seules fins d’accumuler des royalties.

Par le caractère réglementé de l’activité du transport aérien, les pouvoirs publics ont la capacité d’agir en faveur du maintien des emplois et des conditions sociales.

A ce titre, la FEETS FO exige que ses représentants soient pleinement associés aux conditions de reprise.

FEETS FO ÉQUIPEMENT, ENVIRONNEMENT, TRANSPORTS ET SERVICES

Sur le même sujet

Transport aérien : ces compagnies qui tombent, ces emplois qui sombrent…

Emploi et Salaires par Michel Pourcelot

Des décisions de justice ont, le 23 septembre, maintenu temporairement en vol Aigle Azur et XL Airways, plombées financièrement. Ces deux compagnies aériennes françaises représentent plus de 1 500 emplois en France. Les syndicats, dont FO, ont dénoncé les effets délétères du « dumping social », de l’hyper concurrence et du défaut d’encadrement de l’État.