Apprentis d’Auteuil : FO s’attaque aux licenciements pour inaptitude

InFO militante par Clarisse Josselin, L’Info Militante

© Nicolas TAVERNIER/REA

Que faire si l’employeur refuse d’appliquer les préconisations de la médecine du travail pour un salarié ? Comment anticiper un licenciement pour inaptitude ? Qui peut saisir Cap emploi, l’organisme de placement spécialisé dans le handicap ? Telles ont été les questions abordées le 16 novembre par les élus FO de la fondation des Apprentis d’Auteuil lors d’une journée de formation sur le thème du maintien dans l’emploi. Les deux intervenantes, chargées de mission respectivement à l’Agefiph et à Cap emploi, ont rappelé que si l’employeur a une obligation de reclassement, c’est en termes de moyens et non de résultats. En moyenne en France, 90 % des salariés déclarés inaptes sont licenciés. Le travail doit donc se faire en amont, pour prévenir les inaptitudes.

Chez les Apprentis d’Auteuil, un accord sur le handicap doit être négocié en 2022. FO compte mettre l’accent sur l’anticipation et la détection des situations à risque. L’idée a aussi émergé de nommer des référents dans chaque région, pour faire des propositions à l’employeur et accompagner les salariés.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

 L’accessibilité des ERP (établissements recevant du public) pour les personnes handicapées s’éloigne encore !

Communiqués de FO par Anne Baltazar

L’ordonnance du 26 septembre 2014 relative à la mise en accessibilité des ERP et des bâtiments d’habitation pour les personnes handicapées vient d’être ratifiée par la loi du 5 août 2015 (loi n° 2015-988)… actant ainsi un recul phénoménal des obligations en la matière.
En effet, des délais supplémentaires (...)

Protéger les salariés au service des personnes âgées, handicapées, assistantes maternelles …

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Ce matin, lors de la réunion en audio conférence avec le président de la République, le Secrétaire général de FO a fait part de la très forte préoccupation concernant à la fois les personnels de santé et les salariés des services à domicile, qui sont mobilisés, auprès des personnes âgées, handicapées, et des assistantes maternelles et enseignants pour la garde des enfants d’autres salariés eux-mêmes mobilisés.