Assurance-chômage : réaction de FO

Communiqués de FO par Yves Veyrier, Secrétaire général de Force Ouvrière

Communiqué de FO - Assurance-chômage : réaction de FO
Conseil d’État
Sebastien CALVET/REA

FO ne peut que regretter la décision du Conseil d’État qui infirme sa décision précédente et ne suspend pas à nouveau l’entrée en vigueur de la réforme de l’Assurance chômage, qui reprend pourtant à l’exact le décret précédent

FO s’étonne d’autant plus que, ce faisant, le Conseil d’État prend pour argument la situation économique, ce que lui reprochait le gouvernement - et n’était pas notre analyse - pour contester le fondement de sa décision de juin.

FO rappelle que l’argument majeur qu’elle soutient est que cette réforme conduit à pénaliser les salariés qui subissent les successions de contrats courts, quand les abus de recours à ces contrats sont le fait d’employeurs qui ne sont pas sanctionnés.

Or, la situation actuelle est marquée par le fait qu’une large majorité des emplois créés aujourd’hui sont des contrats de moins d’un mois (plus de 4 millions et 63% au troisième trimestre).

FO s’étonne qui plus est du fait que le Conseil d’État met en avant les mesures mises en œuvre pour les demandeurs d’emploi éloignés de l’emploi (chômage de longue durée) qui ne sont pas le même public.

Alors que l’Unedic montre que le régime de la convention actuelle n’empêche en rien le retour à l’équilibre et même à l’excédent de l’assurance chômage, FO réaffirme son opposition et sa détermination à obtenir l’abandon de cette réforme, qui fait l’objet d’un recours au fond.

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Secrétaire général de Force Ouvrière

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Le rachat des jours de RTT, la fin des 35h ?

Communiqués de FO par Frédéric Souillot

FO réitère sa revendication prioritaire : c’est l’augmentation des salaires qui redonnera du pouvoir d’achat aux salariés ! Et non pas une rustine, qui n’offre qu’une solution temporaire notamment parce qu’elle n’est applicable que pour les heures cumulées avant le 1er janvier 2022 et ce jusqu’au 31 (...)