Auchan : FO prépare une deuxième grève nationale le 15 septembre

InFO militante par Elie Hiesse, L’Info Militante

Gilles ROLLE/REA

Les militants FO du distributeur nordiste se sont prononcés pour un nouvel appel à la grève nationale, le 15 septembre, dans ses hypermarchés et supermarchés. L’absence de réponses de la direction à la mobilisation lancée par FO, mi-juin, pour obtenir une grille de salaire décente et l’amélioration des conditions de travail, alimente la colère.

La rentrée de septembre sera offensive chez Auchan. Les militants FO du distributeur nordiste se sont prononcés pour un nouvel appel à la grève nationale le 15 septembre dans ses 119 hypermarchés et 243 supermarchés en France. Sauf contraintes nouvelles imposées par l’évolution de la situation sanitaire, ils sont déterminés à faire entendre le mécontentement des 37.000 salariés qui y travaillent (sur 58.800 salariés au sein d’Auchan Retail France fin 2020) et qui exigent d’être mieux payés, mieux reconnus.

Mécontentement depuis les NAO 2021

L’absence de réponses de la direction à la mobilisation du 18 juin, lancée par FO avec le soutien de la FGTA-FO, pour obtenir une grille de salaire décente et des conditions de travail améliorées, alimente le mécontentement, déjà élevé depuis les NAO 2021.

Elles se sont conclues par une hausse de 0,8 % des salaires réels individuels, jugées décevantes par tous, alors que le groupe Auchan a les moyens : il a réalisé un bénéfice net de 678 millions d’euros en 2020 », rappelle Arnaud Deekmer, délégué syndical central FO pour l’UES Auchan Exploitation (regroupant hypermarchés et supermarchés). Dans ce contexte, le refus d’Auchan Retail France d’accorder une prime Covid 2021 a mis le feu aux poudres, perçu comme un insupportable manque de reconnaissance envers l’engagement au quotidien des salariés de la deuxième ligne.

Toutes les sections FO bougeront de nouveau le 30 septembre

Plus de la moitié des hypermarchés et supermarchés ont répondu à cet appel du 18 juin lancé par FO, chacun à sa manière. Dans certains établissements, les salariés se sont mis en grève deux heures. Dans d’autres, la section FO a organisé des distributions de tracts aux clients. Dans d’autres encore, elle a été rejointe par d’autres syndicats, raconte Arnaud Deekmer.

Pour le DSC FO, cette grève nationale, la première organisée depuis 20 ans à la seule initiative de FO Auchan, a été une réussite, en termes de mobilisation et de visibilité auprès des clients.

Et ce n’est pas fini : Toutes les sections FO qui ont bougé le 18 juin bougeront, de nouveau, le 30 septembre, prévient le militant. Si les modalités précises d’action n’ont pas (encore) été définies, les sections FO, consultées par visioconférence, ont voté majoritairement pour une deuxième journée de mobilisation nationale, afin de faire entendre leurs revendications.

Car la direction d’Auchan Exploitation fait la sourde oreille. Si une délégation de FO l’a rencontrée le 30 juin, rien de concret n’est sorti des discussions, la direction mettant en avant la non-atteinte des objectifs 2020 en matière d’Ebitda (bénéfices avant intérêt, impôt, amortissements).

Au niveau d’Auchan Retail, celui-ci a gagné 346 millions d’euros en 2020 pour atteindre 1,6 milliard d’euros (soit une hausse de 27% comparé à 2019). Cela traduit un taux de marge de 5%, qui rejoint la norme du secteur.

FO exige une grille de salaire décente et hiérarchisée

La direction d’Auchan Exploitation a promis de prendre en compte, pour les NAO 2022, la réalité de la grille des salaires qui est trop proche du Smic et, chaque année, rattrapée par son augmentation. Evidemment, elle ne se s’est pas engagée sur une hausse de l’enveloppe dédiée, précise Arnaud Deekmer.

Pour le militant, qui maintient la revendication FO d’une grille de salaire décente et hiérarchisée, la réponse n’est pas à la hauteur des enjeux : la paupérisation croissante des salariés. Comme la grille de salaire est trop proche du niveau du Smic, elle est rattrapée, chaque année, par sa hausse qui intervient en janvier. Conséquence, quasiment tous les salariés, hors une partie de l’encadrement, se retrouvent au Smic pendant trois mois, jusqu’à ce que la hausse des salaires négociée lors des NAO se matérialise au 1er mars, commente le militant.

FO revendique l’abandon du nouveau parcours d’encaissement automatique

Outre la hausse du pouvoir d’achat, les conditions de travail sont au cœur des revendications de FO Auchan. Le syndicat dénonce l’accroissement de la charge de travail faisant suite aux départs non-remplacés (2.032 emplois en équivalent temps-plein en 2020) et à la suppression - en cours - de 1.475 emplois dans le cadre du dernier PSE.

Annoncé en septembre 2020 dans les services après-vente, support (administratif, ressources humaines, contrôle de gestion), ainsi que dans les entrepôts logistiques, celui-ci se déploie (les premiers licenciements ont été notifiés en avril), alors que les salariés sont bousculés par la crise sanitaire et un plan drastique de réduction de frais. Et s’y ajoutent les multiples chantiers, qui se chevauchent, initiés dans la transformation, à marche forcée, d’Auchan Retail France.

A commencer par le nouveau parcours d’encaissement automatique, devant être déployé sur tous les magasins en 2021 (déjà effectif dans 15 hypermarchés et 6 supermarchés au printemps), les hôtes et les hôtesses de caisse étant appelés à devenir polyvalents et à approvisionner les rayons. FO réclame l’abandon de ce parcours d’encaissement mal conçu qui remplace le personnel par des machines et confie le travail aux clients, au risque d’un rejet de la part de la clientèle.

Conditions de travail : FO revendique des embauches

Egalement dans le collimateur syndical, le projet modélisation qui introduit, entre autres, la polyvalence chez les personnels chargés de remplir les rayons ou l’ouverture, en cours, de drive piétons (points de réception des commandes faites en lignes, NDLR). Le déploiement se fait avant qu’une réflexion ait été menée sur la grille de salaires. L’intitulé de poste n’existe pas dans la classification Auchan, souligne le DSC FO. Il a demandé plusieurs fois l’ouverture de négociations. A terme, les 300 drive piétons prévus doivent employer 600 salariés, en équivalent temps-plein.

Il y a encore le projet HR4YOU de dématérialisation des ressources humaines (RH), qui a sonné la fin du bureau du personnel dans chaque hypermarché, les services RH étant désormais centralisés au niveau régional. « La prise en main des nouveaux outils numériques RH, censée se faire par une vidéo de 30 minutes, n’est pas accompagnée. Les salariés n’ont plus d’interlocuteur direct et se sentent dépourvus, martèle le DSC FO, qui appelle à la révision de tous les projets en cours.

Pour toute réponse, la direction d’Auchan Exploitation a rappelé, lors de sa réunion avec FO fin juin, le déblocage de 5 millions d’euros pour les conditions de travail. Une annonce déjà faite en comité social et économique-central. L’amélioration de la qualité de vie au travail passe d’abord par des embauches. Trop de salariés sont en souffrance, rétorque Arnaud Deekmer, déjà investi dans l’organisation de l’appel à la grève nationale du 15 septembre.

Elie Hiesse Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

De 25 000 à 30 000 emplois menacés dans les banques

Emploi et salaire par Clarisse Josselin

Malgré les milliards d’euros de bénéfices engrangés par les banques en 2016, les plans sociaux se multiplient, des agences ferment, les salaires stagnent et les conditions de travail se dégradent dans la branche. FO lance l’alerte et en appelle au gouvernement.