Avis de tempête sur EDF

Revue de Presse par Christophe Chiclet, journaliste L’inFO militante

Laurent GRANDGUILLOT/REA

L’électricien vient d’annoncer des mesures drastiques d’économie qui pourraient avoir de lourdes conséquences sur l’emploi de l’entreprise, mais aussi, sans doute, sur la facture des consommateurs. Aperçu dans la presse.

Le Monde

C’est le quotidien du soir qui a révélé l’affaire. EDF se prépare à trois années difficiles. Selon nos informations, le premier producteur d’électricité en Europe a engagé, en interne, un vaste plan d’économie, baptisé ̎ Mimosa ̎, qui vise à combler les pertes causées par la crise sanitaire, qui devraient se situer entre deux milliards et trois milliards d’euros. Le groupe étudie plusieurs possibilités : des cessions d’actifs importants, un gel des embauches et des investissements, tout en cherchant des réductions budgétaires à tous les étages. Selon plusieurs sources internes, la direction a demandé aux différentes branches et filiales de présenter des budgets revus à la baisse. Et de préciser : Interrogée par Le Monde, la direction d’EDF confirme l’existence d’un tel plan, sans pour autant livrer les détails, qui doivent être présentés, fin juillet, au conseil d’administration. ̎ Les arbitrages définitifs ne sont pas encore pris ̎, précise une source interne.

Sud Ouest

Le quotidien régional donne quelques précisions : La pandémie de covid-19 s’est traduite par une chute de la consommation d’électricité allant jusqu’à 20% en France avec la mise à l’arrêt de pans entier de l’économie. Elle a aussi désorganisé le planning industriel d’EDF, qui va pouvoir produire moins d’électricité nucléaire que prévu. Très endetté, le groupe doit aussi faire face à d’importants investissements pour son parc nucléaire ou encore pour se développer dans les énergies renouvelables.

Les Échos

Comment redresser la barre et éviter de solliciter une nouvelle recapitalisation de l’État actionnaire ? C’est l’équation difficile à laquelle est confronté EDF. Ces dernières semaines, le P-DG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, a indiqué comment il comptait s’y prendre. ̎ Certains ont entendu parler d’un plan d’économies baptisé ̎ Mimosa ̎, indique-t-il dans le journal interne d’EDF qu’a pu consulter Les Échos. ̎ Ces économies sont nécessaires pour répondre aux conséquences de la crise sur notre capacité à produire et sur la baisse de la consommation qui nous a obligé à revoir notre objectif d’excédent brut d’exploitation pour 2020 comme pour 2021 ̎, poursuit le patron de l’énergéticien.

Le Figaro

Encore plus inquiétant : Parvenu au terme de son précédent programme d’économies, EDF prépare un nouveau train de mesures que la crise du Covid-19 va rendre plus rigoureux qu’envisagé initialement. Comme l’a révélé Le Monde, ce plan, baptisé ̎ Mimosa ̎, pourrait viser environ 2,5 milliards d’économies. L’électricien public envisage de tailler dans ses dépenses opérationnelles, ses enveloppes d’investissements et son portefeuille d’actifs non stratégiques avec de nouvelles cessions à l’agenda. Il pourrait ainsi se séparer de sa participation dans le groupe italien Edison.

Sur le même sujet

Réseau de transport d’électricité (RTE) doit rester 100% public

Appel à la grève par Énergie et Mines

Communiqué de Fédération Nationale de l’Énergie et des Mines
Le risque d’une cession du capital de RTE se précise. Ainsi, à l’issue du Conseil d’Administration d’EDF du 22 avril 2016, l’État et EDF ont annoncé diverses mesures financières : versement pendant deux ans des dividendes de l’État sous forme (...)

EDF : Après la grève, les fédérations exigent le retrait définitif du projet Hercule d’ici le 10 octobre

Service Public par Evelyne Salamero, journaliste L’inFO militante

Pas moins d’un agent sur deux du groupe EDF en moyenne, rejoints par des électriciens d’autres entreprises étaient en grève ce jeudi 19 septembre à l’appel de FO ainsi que de la CGT, la CGC et la CFDT, avec des taux atteignant 65%, 80% voire 100% dans de nombreux centres de production. Fortes de l’ampleur de cette mobilisation, les fédérations syndicales mettent en demeure le gouvernement et la direction d’EDF de retirer définitivement le projet (dit Hercule) de scission du groupe. D’ici le 10 octobre. Faute de quoi, elles appelleront à de nouvelles actions communes.